Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ et SOMNIFÈRES combinés, multiplient par 8 le risque de décès

Actualité publiée il y a 7 années 1 semaine 2 jours
American Heart Association's Epidemiology and Prevention 2012 Scientific Sessions

Cette analyse vient compléter les résultats déjà publiés dans l’édition en ligne du 27 février du BMJ Open qui alertaient sur un risque de décès multiplié par 4 à partir de seulement 18 prises par an. Ces nouvelles données présentées à la conférence 2012 de l’American Heart Association de San Diego, montrent que l’obésité vient aggraver sérieusement ce risque, le multipliant par 8 voire 9 chez les hommes et les jeunes adultes.

L'obésité pourrait donc aller jusqu'à doubler ce risque de décès lié à la prise de somnifères et même parmi ceux ont pris moins de 18 cachets dans l'année, rapportent les chercheurs du Scripps Health Institute. «L'obésité apparaît comme un marqueur de vulnérabilité accrue», résume le Dr Robert Langer, qui présentait les résultats de l'étude à la session de l'American Heart Association. « Les associations entre somnifères et mortalité accrue sont déjà relativement fortes, même chez les jeunes adultes âgés de 18 à 54 ans, mais l'obésité aggrave encore le risque ». « Les patients obèses sont particulièrement vulnérables, peut-être en raison de l'interaction avec l'apnée du sommeil », explique le co-auteur, le Dr Daniel Kripke, un psychiatre au Scripps. Le médecin note que les somnifères ont été précédemment associés à de plus en plus d'arrêts dans la respiration chez des patients souffrant d'apnée du sommeil. Parmi les patients obèses, l'utilisation de somnifères a été associée à un décès supplémentaire par année pour chaque tranche de 100 personnes qui ont pris ces médicaments.


Les hommes qui prennent des somnifères sont eux aussi particulièrement vulnérables et ont environ un risque double de décès par rapport à leurs homologues du sexe opposé. Et après prise en compte des autres facteurs de risque, précisent les auteurs.

Un risque de décès multiplié par 8 ou 9 par l'obésité + la prise de somnifères : Ces résultats sont à nouveau issus de l'étude de la Scripps Clinic menée auprès de près de 40.000 patients, initialement publiée, il y a quelques jours dans le BMJ Open. Rappelons que les premières données suggéraient un risque accrus de mortalité et de cancer avec les 8 somnifères les plus couramment prescrits (dont Ambien (zolpidem) et Restoril (témazépam)). Pour les patients obèses participant à l'étude (IMC moyen de 38,8), prenant moins de 18 pilules par an, le risque de décès s'avère 8,1 fois plus élevé en moyenne que pour les participants de l'étude qui ne prenaient pas ces médicaments. Et le taux de mortalité est 9,3 fois plus élevé en moyenne chez les patients obèses prenant le plus grand nombre de pilules (132 ou plus par an).

Cette nouvelle analyse risque de freiner sérieusement les ventes d'hypnotiques et de somnifères, en hausse de 23% ces 5 dernières années mais contribue à stimuler la recherche dans ce domaine et à envisager des alternatives aux médicaments hypnotiques.

Source: BMJ Open 2012;2:e000850 doi:10.1136/bmjopen-2012-000850 Hypnotics' association with mortality or cancer: a matched cohort study (Vignette INSV)

Lire aussi : SOMNIFÈRES et ANXIOLYTIQUES : Risque de décès augmenté de 36% -

Accéder à toutes les actualités sur les Somnifères aux dernières actualités sur l'Obésité

Accéder à notre dossier Obésité de l'enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-) Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier


Interstitiel escarre

Interstitiel hydrot boostclosure

* Temps de fermeture de l’ulcère avec HydroTac® : moins de 15 semaines alors que les données de la littérature montrent que 40-60% des ulcères nécessitent 20 à 24 semaines pour cicatriser. (1) Mikosiński, J. et al. Clinical assessment of a foam dressing containing growth factor-enhancing hydrated polyurethanes. J Wound Care.2018;27(9):608-18. HydroTac® : DM de classe IIb – Fabricant : PAUL HARTMANN AG – Organisme notifié : CE 0123. Lire attentivement les instructions figurant dans la notice (et/ou sur l’étiquetage). Remboursé par les organismes d’assurance maladie : consultez les modalités sur le site www.ameli.fr. Réf : 14122018. Date de création : Décembre 2018

Autres actualités sur le même thème

Pages