Vous recherchez une actualité
Actualités

Parfums et désodorisants d'intérieur: L'ALLERGIE aéroportée à portée de nez

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 3 semaines
American College of Allergy, Asthma and Immunology

Il n'existe aucun test d'allergie cutanée pour les assainisseurs d'air ou les parfums d'ambiance. Pourtant, bougies parfumées, désodorisants d’intérieur ou rafraichisseurs d’air sont à déconseiller, en raison des substances chimiques irritantes présentes dans ces parfums aéroportés, souligne cette étude présentée au Congrès de l’American College of Allergy, Asthma and Immunology (ACAAI). Jusqu’à 19% des personnes exposées seraient sujettes à des difficultés respiratoires, maux de tête ou autres problèmes de santé.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ecoulement nasal, démangeaisons, éternuements et jusqu'aux crises d'asthme, sont les symptômes de plus en plus fréquemment constatés avec ces parfums aéroportés qui connaissent un succès grandissant : «Nous voyons de plus en plus de patients avec ce type d'allergies », explique le Dr Stanley Fineman, président de l'American College of Allergy, Asthma and Immunology (ACAAI).


Dans sa présentation à l'ACAAI, le Dr. Fineman se réfère à plusieurs études déjà publiées. La première (2009), publiée dans le Journal of Environmental Health démontre les effets allergiques des polluants présents dans les produits quotidiens. Environ 11% des 2.000 participants de l'étude rapportent une hypersensibilité aux produits ménagers. Environ 31% déclarent des réactions indésirables aux parfums portés par d'autres personnes, et environ 19% signalent des difficultés respiratoires, maux de tête ou autres problèmes de santé lorsqu'ils sont exposés aux désodorisants. Ces taux s'élèvent chez les personnes souffrant d'asthme.

Explications: Bougies parfumées et parfums d'ambiance émettent des COV, composés organiques volatils, des produits chimiques qui forment un gaz à température ambiante. Et dans les désodorisants, les COV contiennent souvent du formaldéhyde, des distillats de pétrole, du limonène, de l'alcool et des esters. De fortes concentrations de COV peuvent déclencher une irritation des voies respiratoires et oculaires, maux de tête, vertiges et même, troubles de la mémoire.

Source: ACAAI (American College of Allergy, Asthma and Immunology) (Visuel © mbongo - Fotolia.com)

Lire aussi: QUALITÉ de l'AIR intérieur: Des plantes dépolluantes? C'est pas un bon plan -

Autres actualités sur le même thème