Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON: Premier succès de remplacement de neurones par cellules souches

Actualité publiée il y a 8 années 3 mois 1 semaine
Journal of Parkinson's Disease

Cette première étape dans une stratégie de thérapie de remplacement cellulaire dans la maladie de Parkinson, confirme que les cellules souches pluripotentes induites (iPSC) pourraient représenter une voie prometteuse pour les maladies neurologiques. C’est l’œuvre de scientifiques japonais, de l’Université de Kyoto, qui montrent que des neurones, générés à partir de cellules iPSC, humaines et animales, ont permis, chez le singe et chez la souris, de réduire les symptômes de la maladie de Parkinson. Des conclusions pleines d’espoir, publiées dans l’édition du 29 décembre 2011 du Journal of Parkinson’s Disease. Cette équipe scientifique japonaise a évalué la croissance, la différenciation et la fonction de cellules neurales dérivées de cellules souches afin de vérifier leur potentiel thérapeutique. «Nous avons développé un processus pour développer des cellules neurales à partir de cellules iPSC puis nous avons greffé ces cellules neurales à différents stades de la différenciation dans le cerveau d'un modèle singe de la maladie de Parkinson », explique l’auteur principal, le Pr Jun Takahashi, de l'Université de Kyoto. Les chercheurs ont ensuite utilisé l’IRM et la tomographie par émission de positons (TEP), pour évaluer la croissance et l'activité des greffes.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les enquêteurs ont également effectué ces greffes chez des souris de laboratoire modèles de la maladie. Ils constatent, dans les 2 cas, singe et souris, que les cellules iPSC incubées et « maturées » à l'aide de facteurs de croissance, ont bien généré des cellules neurales fonctionnelles. L'IRM et la TEP ont bien permis de vérifier la prolifération cellulaire et l'activité in vivo. L'étude confirme la synthèse de la dopamine, son transport et son activité dans les neurones greffés et l'espoir d'une approche qui pourrait également être utilisée chez des patients humains. D'autres études précliniques avec des modèles primates avant l'essai clinique chez l'Homme restent bien entendu nécessaires.

Autres actualités sur le même thème