Vous recherchez une actualité
Actualités

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS: Du dentifrice au shampoing

Actualité publiée il y a 5 années 3 mois 4 jours
Noteo

Ce bilan proposé par Noteo sur près de 15.000 produits d’hygiène et de beauté, rappelle que s’ils sont présents dans l'air, l'eau, la nourriture ils sont aussi cachés dans les produits d’hygiène et de beauté et que parmi les voies d’exposition possibles, il y a la voie cutanée, au cœur de la recherche. Car reste à préciser, justement, les effets néfastes pour l’organisme de la faible dose, des effets combinés, sur une éventuelle longue durée ou lors de fenêtres de sensibilité, et en particulier lorsque l’exposition débute au cours de la vie fœtale et néonatale.

Les perturbateurs endocriniens, d'origine naturelle ou chimique sont susceptibles de créer un déséquilibre du système hormonal. Avec les parabènes dans nos médicaments ou nos produits d'hygiène et de soin, des perfluorocarbones, des phtalates et des bisphénols dans les conditionnements alimentaires, les papiers et même dans les produits bio, des retardateurs de flamme dans nos canapés, des pesticides dans nos jardins, on ne compte plus les études qui alertent sur les dangers des perturbateurs, ni leurs effets néfastes sur la santé, obésité, fertilité, allergies…Cette enquête, portant sur 15.000 produits de beauté-hygiène menée par l'Institut Noteo et le Réseau environnement santé (RES), permet de faire le point produit par produit.


Les résultats sont clairs, 4 produits sur 10 d'hygiène-beauté de notre quotidien contiennent au moins un perturbateur endocrinien, des vernis à ongles aux shampoings.

· vernis à ongles : 74 % contiennent au moins un perturbateur,

· fonds de teint : 71 %,

· les fards pour les yeux : 51 %,

· les démaquillants : 43 %,

· les rouges à lèvres : 40 %,

· les crèmes pour le visage : 38 %,

· les déodorants : 36 %,

· les dentifrices : 30 %,

· les shampoings : 24 %.

· Seul 1,3 % des produits "bio" en contiennent.

Une étude « qui tombe à pic », en pleine consultation des Ministères de la Santé et du Développement durable, pour une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens.

Autres actualités sur le même thème

Pages