Vous recherchez une actualité
Actualités

SIDA: Le gel virucide français qui piège et trompe le VIH

Actualité publiée il y a 7 années 5 jours 12 heures
CNRS et PLoS Pathogens

Ce sont des résultats d’une étude préclinique internationale, menée par des chercheurs du Département Immuno-virologie du CEA, de l'Université Paris-Sud et du CNRS, qui montrent l’efficacité d’un gel microbicide capable de bloquer l'infection par le virus du SIDA, sur un modèle de primate. Ces résultats publiés dans l’édition du 6 décembre de la revue PLoS Pathogens, sont une étape prometteuse dans le développement de ces gels topiques ani-VIH.

La Communauté scientifique internationale travaille depuis plusieurs années à l'élaboration de gels virucides contre le VIH au point que l'Agence américaine, la Food and Drug Administration (FDA), a ouvert une rubrique spécifique, sur son site, qui rassemble un grand nombre d'informations réglementaires sur une seule page, sur le développement des microbicides pour la prévention de l'infection au VIH, destinée en particulier aux chercheurs et aux professionnels de santé impliqués. Certaines de ces recherches sont menées par le consortium européen CHAARM (combinés Highly Active Anti-rétroviraux microbicides).


Tromper et piéger le virus : Ces travaux du CEA, en collaboration avec l'Imperial College, London, l'Albert Einstein College of Medicine (New York) et l'Institute of Tropical Medicine and University of Antwerp (Belgium) sont effectués dans ce cadre européen. Ils portent sur des mini-protéines qui pourraient ameliorer l'efficacité de ces gels microbicides en bloquant l'entrée du VIH dans les lymphocytes T (cellules du system immunitaire), en mimant le point d'entrée du virus à la surface des cellules, le récepteur CD4. Appelés miniCD4s, ces peptides parviennent à neutraliser la transmission du virus lors d'essais cellulaires in vitro. Et, pour la première fois, sont parvenus à montrer leur efficacité sur 6 macaques Femelles ayant reçu une application du gel contenant ces miniCD4s. Exposées à une forte dose de virus, 5 d'entre ont été totalement protégées de l'infection et n'ont présenté aucune trace de virus.

Ces mini-peptides CD4s, sont donc un espoir dans le développement de ces gels anti-VIH et ces résultats marquent le passage prochain à des essais cliniques chez l'Homme.

Autres actualités sur le même thème