Vous recherchez une actualité
Actualités

SURPOIDS de NAISSANCE: Risque de diabète pour les filles, pas pour les garçons

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 3 semaines
Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism

Le poids à la naissance pourrait, chez les bébés filles indiquer le risque métabolique plus tard dans la vie, nous explique cette étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism (JCEM), la revue de l’Endocrine Society. Ces bébés filles, à poids de naissance supérieur à la moyenne présentent un risque accru de développer un diabète et autres troubles métaboliques, en particulier par rapport à leurs homologues garçons. L'incidence du diabète de type 2 précoce augmente avec l'épidémie d’obésité infantile, expliquent ces auteurs de l'Université de Western Australia. Des études ont déjà montré que les facteurs de risque cardiovasculaire chez les enfants et les adultes sont associés au poids de naissance. Cette étude a examiné les associations entre le poids de naissance et la distribution de graisse dans le corps à la petite enfance avec les futurs facteurs de risque métabolique comme l'obésité, la résistance à l'insuline et l'hypertension artérielle.

Dès l'âge de 12 mois, chez les filles…Ce qui arrive au bébé in utero affecte son « avenir cardiaque » et son risque de diabète plus tard dans la vie, rappelle le Pr Rae-Chi Huang, auteur principal de l'étude : « Nous constatons que les bébés filles sont particulièrement exposées à ce risque accru. Les femmes à risque élevé d'obésité et de diabète à l'âge de 17 ans présentaient des signes d'obésité dès l'âge de 12 mois ».


Les chercheurs ont examiné 1.053 participants d'une cohorte de naissance australienne suivis entre les âges de un et 17 ans. En plus du poids et de l'IMC de naissance, les chercheurs ont pris en compte des mesures de pression artérielle et des niveaux d'insuline, la glycémie, les triglycérides et le cholestérol. Les jeunes filles de 17 ans présentant le tour de taille, les triglycérides, le niveau d'insuline et de cholestérol HDL les plus élevés se trouvent avoir été les bébés filles au poids et à l'IMC de naissance les plus élevés.

Mais pas chez les garçons : En revanche, le poids de naissance n'a aucune incidence sur ces facteurs de risque métaboliques chez les garçons. Des données importantes compte-tenu de l'augmentation de l'obésité maternelle et du diabète gestationnel, qui impliquent une augmentation du nombre de nouveau-nés filles trop lourdes pour leur âge, conclut le Dr Huang.

Source: JCEM “Sex Dimorphism in the Relation between Early Adiposty and Cardio-Metabolic Risk in Adolescents" A paraître en juin 2012- Et via Eurekalert (AAAS) “Overweight baby girls at increased risk for cardiovascular disease and diabetes in adulthood » (Visuel © Mastrofoto - Fotolia.com, vignette PNNS)

Lire aussi: HTA ET SEL : PETITS POIDS DE NAISSANCE, ATTENTION !

Accéder à notre dossier Obésité de l'enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-) Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème