Vous recherchez une actualité
Actualités

SURPOIDS, OBÉSITÉ : Et si vous deviez payer une amende ?

Actualité publiée il y a 10 années 8 mois 1 semaine
Journal of General Internal Medicine

Un titre provocateur mais qui illustre cette étude, dans laquelle les participants risquaient d’avoir à payer si ils n’atteignaient pas les objectifs de perte de poids qui leur avaient été assignés…Eh bien il semblerait que les personnes obèses seraient plus motivées avec une amende « à la clé ». C’est en tous cas la conclusion de l’étude réalisée par des chercheurs de la Carnegie Mellon University, (Philadelphie) publiée dans l’édition du 20 janvier du Journal of General Internal Medicine. Il s’agit « d'économie comportementale", disent les chercheurs, un nouveau concept à nouveau provocateur, qui devient un moyen à l’étude de modifier les comportements auto-destructeurs, tels que ceux menant à l'obésité.

L'étude contrôlée et randomisée a examiné si donner une incitation financière pour perdre du poids a un effet sur la perte de poids. Sur une durée de 8 mois, les personnes obèses sous incitation financière, prenant part à un programme de contrôle du poids, ont perdu significativement plus de poids que leurs homologues témoins. Mais déception, ce bénéfice n'est pas pérenne, 9 mois après la fin du suivi, il n'y a plus de différence significative de perte de poids entre les 2 groupes. Les chercheurs font également remarquer que, dans une étude précédente, qui portait sur des incitations financières pour la perte de poids sur plus de 16 semaines, les participants avaient également repris une partie substantielle de leur perte de poids.


L'étude a consisté en une phase de 24 semaines de perte de poids, au cours de laquelle les 66 participants, tous atteints d'obésité, ont eu un objectif de perte de poids d'une livre (453g) par semaine, suivie d'une phase d'entretien de 8 semaines. 3 groupes ont été constitués, un premier groupe avec programme de contrôle du poids, un deuxième groupe (DC1) avec programme de contrôle du poids + plan d'incitation financière, un troisième groupe (DC2) avec les mêmes programmes que DC1 mais avec une période de "maintien de la perte de poids" en fin d'étude. L'argent confisqué à ceux qui n'avaient pas atteint leurs objectifs de perte de poids a été mis en commun et réparti également entre les participants qui avaient perdu 20 livres ou plus à la fin des 24 semaines.

Résultats :

· A 32 semaines, pas de différence dans la perte de poids entre les deux groupes qui ont reçu des incitatifs financiers pour perdre du poids.

· Les participants au plan d'incitation financière (DC1 et 2) ont perdu significativement plus de poids que les participants du groupe témoin [moyenne DC = £ 8,70, moyenne des témoins = £1,17, P = 0,04, IC 95%].

· 36 semaines après la fin de l'étude, la plupart des participants avaient repris le poids qu'ils avaient perdu et la différence de perte de poids entre les groupes n'était plus significative (moyenne DC = £ 1,2 -moyenne des témoins = 0,27, IC à 95%).

· A 24 semaines, seulement 10,6% de tous les participants avaient atteint l'objectif de perdre 24 livres, et ce taux est similaire entre les groupes

· 65% des participants sont retournés à la clinique pour un suivi, 36 semaines après la fin de l'étude.

C'est la première étude à montrer que des incitations financières peuvent aider les gens à perdre du poids avec succès pendant 32 semaines. Mais il reste, une fois de plus, à trouver des incitations ou des mesures de maintien de la perte de poids une fois le programme terminé.

Source : Journal of General Internal Medicine, February 2011 (published online) DOI: 10.1007/s11606-010-1628-y Financial Incentives for Extended Weight Loss: A Randomized, Controlled Trial, adaptation, mise en ligne Claire Tancrède, Santé log, le 12 février 2011

Accéder à l'Espace Nutrition-obésité

Lire aussi: U.K. : L'OBÉSITÉ a un coût, la perte de poids a-t-elle un prix ? -