Vous recherchez une actualité
Actualités

TUBERCULOSE: Il ne faut pas crier victoire trop vite

Actualité publiée il y a 9 années 7 mois 1 semaine
OMS

C'est le commentaire de Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l'ONU, face à cette baisse spectaculaire de la mortalité par tuberculose de 40% en 20 ans. Une conclusion très encourageante du rapport du 12 octobre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui couvre la situation dans 198 pays. Objectifs, déployer les tests de dépistage rapides, accélérer le développement de nouveaux traitements, en particulier contre les fores multi-résistantes de la maladie. Problème, le financement. Il manque 1 milliard.

Pour la première fois, le nombre de personnes qui contractent la maladie chaque année est en baisse. 9 millions de personnes avaient été atteintes en 2005, 8,8 millions l'ont été en 2010. Près de 400.000 décès de moins ont été constatés sur 2010 vs 2003. La mortalité pourrait diminuer de 50% d'ici 2015, sauf …en Afrique. Enfin, près de 9 patients atteints sur 10 sont guéris, ce qui fait près de 50 millions de succès thérapeutiques et 7 millions de vies sauvées en 15 ans. Mais la lutte n'est pas gagnée. Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, commente : «Des millions de personnes contractent encore la tuberculose chaque année et ils sont trop nombreux à succomber. J'engage à soutenir vigoureusement et durablement la prévention de la tuberculose et les soins aux malades, surtout pour les personnes les plus démunies et les plus vulnérables.» Enjeux: · La généralisation du test de diagnostic rapide de la tuberculose: Ce nouveau mode de dépistage déjà en place dans 26 pays, 6 mois seulement après son approbation par l'OMS ouvre la possibilité de dépister davantage de personnes doit s'accompagner d'un engagement à traiter tous les cas dépistés. Il serait scandaleux de laisser les cas diagnostiqués sans traitement.» · Le développement de nouveaux médicaments et vaccins, permettant des protocoles thérapeutiques raccourcis. Des résultats de 3 essais pharmaceutiques de phase III sont attendus entre 2012 et 2013. Mais là encore, il faut financer. Ecueils (de toujours): · L'obstacle du déficit de financement est de taille, il s'élève à 1 milliard de dollars pour 2012. Si 86% des financements nécessaires sont apportés par les pays eux-mêmes, que ces financements sont les meilleures garanties d'une baisse de prévalence (comme c'est le cas ces dernières années au Kenya, Tanzanie, Brésil et Chine), d'autres pays sont trop pauvres pour financer la lutte contre la maladie et dépendent des fonds internationaux pour l'année 2012. · Les formes multirésistantes de la TB constituent le défi principal de la lutte antituberculeuse et maintenant depuis plusieurs années. Le nombre de cas multirésistants traités augmente avec près de 50.000 traités en 2010 pour plus de 400.000 …à traiter. Dans certains pays, le taux de TB multi résistante atteint 30% et près d'un cas sur 5 diagnostiqué en Afrique serait multirésistant. 200 millions de dollars (dans le milliard manquant) devraient être affectés à la lutte contre les tuberculoses MR. En effet, la résistance aux médicaments antituberculeux les plus efficaces (isoniazide et rifampicine) exige un traitement plus long avec des médicaments moins puissants, plus toxiques et beaucoup plus chers. Subsiste la question du dépistage de ces cas, un autre défi car moins de 12% ont été détectés. · L'infection au VIH et son risque 34 fois plus élevé de développer une tuberculose. En 2010, 1,1 million de personnes VIH-positives ont ainsi développé la tuberculose dont 82% en Afrique. Dans le monde, 12% des malades de la tuberculose ont aussi une infection à VIH. Là encore, les écueils sont le financement, l'accès aux antirétroviraux et, plus simplement le dépistage du VIH et une surveillance des personnes infectées. · L'effet du tabagisme ne sera pas neutre. Les scientifiques estime son impact direct par une augmentation de 7% du nombre de cas de tuberculose et de 66% du nombre de décès d'ici à 2050 alors qu'une politique de lutte antitabac agressive permettrait d'éviter des millions de morts attribuables à la tuberculose d'ici 2050.

Autres actualités sur le même thème