Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER: Pourquoi les défenses de l'éléphant nous inspirent

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 3 semaines
JAMA

Les taux de cancer sont-ils liés à la taille du corps ou à la durée de vie ? Probablement pas si l’on en croit ces travaux qui décryptent le mécanisme cellulaire de résistance au cancer chez plusieurs animaux, dont…l’éléphant. Alors que l’éléphant a bien plus de cellules que l’Homme, seul un sur 20 décèdera d’un cancer vs un humain sur 5. En cause, leurs défenses naturelles contre la formation de tumeurs. Elles pourraient bien servir de modèles à des traitements pour l’Homme.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les éléphants sont une énigme pour les biologistes évolutionnistes : si toutes les cellules de mammifères étaient sensibles de la même manière aux mutations oncogéniques, alors le risque de cancer devrait augmenter avec la taille du corps (nombre de cellules) et la durée de vie (nombre de divisions cellulaires). Avec l'éléphant on pourrait dire : Grande taille, donc beaucoup plus de cellules, donc plus de divisions cellulaires, donc plus de risques d'accumulation de mutations, donc plus de risque de cancer. Et, pourtant, on constate chez l'éléphant un taux extrêmement faible de décès de cancer. Un modèle d'étude donc privilégié des mécanismes capables d'empêcher l'accumulation de dommages génétiques et la prolifération incontrôlée de cellules cancéreuses. Cette observation de chercheurs de plusieurs universités américaines l'incidence du cancer chez les animaux ne semble pas suivre ce modèle « taille et longévité » (Voir schéma ci-contre). On se rappellera ici les études menées sur le fameux rat-taupe.


Les chercheurs des universités d'Utah, de Pennsylvanie, d'Arizona, de Californie et du Barnum & Bailey Center for Elephant Conservation ont d'abord recueilli 14 années de données provenant d'animaux du Zoo de San Diego afin d'évaluer si le taux de cancer est lié à la taille du corps ou à la durée de vie. Des données de « Elephant Encyclopaedia » ont également été analysées pour mieux comprendre la cause des décès chez les éléphants d'Afrique et d'Asie. Ensuite, les chercheurs ont recueilli des échantillons de sang et de globules blancs de 8 éléphants africains et asiatiques, de 10 patients atteints du syndrome de Li Fraumeni (LFS : prédisposition à diverses tumeurs) et de 11 personnes sans antécédents familiaux de cancer (témoins sains). Les chercheurs ont regardé le nombre de copies du gène TP53, un gène protecteur, produisant une protéine suppresseur de tumeur.

Ø Les chercheurs constatent que les éléphants ont au moins 20 copies actives d'un gène appelé TP53 connu pour encourager le suicide cellulaire en cas de dommages à l'ADN. Ainsi, chez l'éléphant, TP53 bloque toute croissance ou presque de cancer. En revanche, chez les humains il n'y a qu'une seule copie du gène TP53.

Par ailleurs,

· le risque de cancer ne varie pas en fonction de la taille ou de la durée de vie des animaux

· parmi les 644 éléphants de l'Encyclopédie, seuls 3% ont développé un cancer dans leur vie

· la réponse cellulaire aux dommages de l'ADN s'avère significativement plus élevée chez les éléphants vs les humains et a fortiori vs les patients atteints de LFS.

A partir de ces données, l'idée serait bien sûr de pouvoir stimuler l'activité TP53 chez les humains afin d'induire un même effet protecteur contre le cancer. Un défi pour la science, car si l'on connaît l'existence de TP53 depuis plus de 30 ans, on ne sait encore exploiter ses effets. Enfin, l'étude n'a porté que sur 1 seul gène, alors que beaucoup de gènes pourraient être impliqués dans le développement du cancer et ciblés par de nouveaux traitements.

Source: JAMA October 8 2015 doi:10.1001/jama.2015.13134 Potential Mechanisms for Cancer Resistance in Elephants and Comparative Cellular Response to DNA Damage in Humans

Lire aussi: CANCER: La 4è protéine secrète du rat-taupe

CANCER: Pourquoi le rat-taupe reste intouchable

Autres actualités sur le même thème