Vous recherchez une actualité
Actualités

COEUR ARTIFICIEL: 11 g de titane sauvent un bébé de 16 mois

Actualité publiée il y a 7 années 10 mois 2 semaines
Ospedale Pediatrico Bambino Gesù

Une équipe de l'Hôpital Bambino Gesu (Rome) a réussi la prouesse d’implanter un cœur artificiel, le plus petit du monde, pendant 13 jours, chez un enfant de 16 mois seulement. Le dispositif expérimental, testé pour la première fois, avait fait l’objet d’un prêt spécial des US National Institutes of Health (NIH). L’intervention, unique en son genre, a permis au bébé de survivre dans l’attente de sa transplantation cardiaque. La « clinique de l'enfant Jésus » est un centre de référence national pour les greffes et le seul centre européen à pratiquer la transplantation « à 360° » : organes, tissus et cellules. L’Hôpital occupe aujourd’hui dans ce domaine une position de leader international, en particulier pour l'implantation permanente d'organes artificiels chez les enfants. L’Hôpital Bambino Gesu avait ainsi implanté le premier cœur artificiel permanent, il y a 2 ans, chez un adolescent de 16 ans.

Le défi est que plus l'enfant est jeune, plus il est difficile de trouver un donneur compatible, l'organe artificiel est donc d'une importance stratégique c'est souvent la seule chance de survie. Qu'il s'agisse d'une solution d'attente pour une greffe, ou d'une solution permanente.


Le plus petit cœur artificiel jamais transplanté : C'est ainsi, qu'en mars dernier, pour la première fois au monde, le plus petit cœur artificiel jamais transplanté, l'a été chez une petite fille de 16 mois souffrant de cardiomyopathie avec une infection grave du système d'assistance ventriculaire déjà implanté. L'implantation de ce dispositif expérimental de 11 grammes de titane, capable de supporter un flux d'1,5 litre par mn, a duré 8 heures. 13 jours plus tard, l'enfant pouvait être greffé d'un « vrai » cœur, 2 mois plus tard, son état de santé était satisfaisant, selon le communiqué de l'Hôpital.

Une alternative désormais viable : Grâce à des méthodes novatrices utilisant des techniques peu invasives, cette implantation d'organe artificiel est devenue une alternative viable qui permet la survie dans l'attente de la greffe, chez des patients de plus en plus jeunes. L'Hôpital Gesu est parvenu à réduire considérablement les risques de rejet clinique de l'organe transplanté ou de complications immunologiques liées à la transplantation. Locatelli Franco, Directeur du Département de pédiatrie de l'Hôpital Bambino Gesu explique : «La transplantation d'organe ou de cellules représente une véritable révolution en médecine, a permis de changer le pronostic de nombreuses maladies pédiatriques, congénitales ou acquises, et apporte de nouvelles perspectives de survie aux enfants. Ces transplantations peuvent aujourd'hui être réalisées de façon optimale dans des centres comme le nôtre, réunissant des qualifications et des compétences élevées, dans le cadre de programmes spécifiques ayant pour objectif de gérer une masse critique d'activité. Dans cet établissement, ce sont plus de 120 transplantations de cellules souches qui sont réalisées chaque année, soit plus de 20% de l'activité nationale ».

Autres actualités sur le même thème