Vous recherchez une actualité
Actualités

CORONAVIRUS NCoV: 2 nouveaux cas confirmés chez des Professionnels de santé

Actualité publiée il y a 6 années 2 mois 4 jours
OMS

Au 15 mai 2013, l'OMS fait état de 2 nouveaux cas confirmés en laboratoire d'infection par le nouveau coronavirus (nCoV). Ces 2 cas constatés par le ministère de la Santé d’Arabie Saoudite concernent des professionnels de santé exposés à des patients infectés par le coronavirus. Si la transmission associée aux soins de santé ou nosocomiale avait déjà été observée avec NCoV, en Jordanie en avril dernier, ce sont les premiers professionnels de santé à être diagnostiqués avec une infection NCoV après exposition à des patients. Ce sont désormais 40 cas d'infection humaine par NCoV qui ont été confirmés en laboratoire, dont 20 décès intervenus dans 6 pays.

Le premier patient, un homme de 45 ans est actuellement dans un état critique, le second, une femme de 43 ans présentant un problème de santé coexistant, est dans un état stable. A la suite de ces 2 cas d'infection nosocomiale, l'OMS rappelle, dans son communiqué, aux établissements de santé qui prennent en charge ces patients les mesures pour réduire le risque de transmission du virus à d'autres patients et personnels de santé. Rappelons, que pour la France, le Haut conseil de la santé publique a publié le 19 mars dernier un document précisant la prise en charge des patients suspects d'infections dues au nouveau coronavirus.


Un taux de létalité toujours à 50% : Depuis septembre 2012, 40 cas ont été confirmés en laboratoire, dont 20 décès dans 6 pays (France, Allemagne, Jordanie, Qatar, Arabie saoudite et Royaume-Uni). Parmi ces cas, 21 –dont 9 décès- ont été signalés en Arabie saoudite.

La transmission interhumaine de l'infection est aujourd'hui retenue par l'OMS, en raison de cas groupés au sein d'une même famille au Royaume-Uni et du second cas français qui, lors de son hospitalisation, avait partagé la chambre du premier cas alors que celui-ci était déjà symptomatique. Néanmoins, si le NCoV semble plus virulent que son cousin SRAS avec un taux de létalité 5 fois plus élevé, sa transmissibilité interhumaine est estimée comme limitée.

Les médecins et services de santé sont donc invités à maintenir la vigilance en particulier chez les patients revenant de zones touchées par le virus qui développent une infection respiratoire sévère, chez les patients au système immunitaire affaibli et même s'ils présentent des symptômes atypiques.

Autres actualités sur le même thème