Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: Dès 5 ans, les enfants savent bien à qui se fier

Actualité publiée il y a 4 années 10 mois 4 semaines
PLoS ONE

Ce n’est pas la première étude à chercher à décrypter comment les petits enfants choisissent les sources « fiables » d’information pour leurs apprentissages. Un besoin de vérité et de fiabilité primordial voire vital durant les premières années de vie. L’étude montre comment évolue ce mode d’arbitrage chez l’enfant, de 4 à 5 ans, et révèle que, dès l’âge de 5 ans, les enfants sont capables de reconnaître à qui se fier et, de penser tout bas « Tu as l’air bien sûr de toi pourtant tu t’es déjà trompé… ». Des conclusions, présentées dans la revue PLoS ONE, qui montrent qu’il leur suffit de quelques mois pour se forger un sens critique.


Les chercheurs des Universités Concordia et de Colombie‑Britannique rappellent que quel que soit l'apprentissage, cognitif -comme celui des couleurs ou du langage- ou moteur comme nouer ses lacets ou faire du vélo-, les enfants ont besoin de pouvoir s'appuyer sur les enseignements d'un adulte en qui ils peuvent avoir confiance. En effet, une grande partie de ces apprentissages serait impossible à réaliser par soi-même ou sans contribution sociale. Enfin, il peut être parfois dangereux d'acquérir certaines connaissances par expérience directe… Cependant, rappellent justement les auteurs, comme les adultes, les enfants, dans leur apprentissage à partir des autres, font face au défi majeur de la désinformation, en raison de la mauvaise volonté ou de l'ignorance de l'autre. Il est donc essentiel pour l'enfant, dans ses apprentissages de base, plus que pour l'adulte encore, de développer un esprit critique et ne pas prendre pour argent comptant toutes les informations émises par les autres.

Les enfants vont ainsi s'aider d'un certain nombre de repères, comme l'âge de l'interlocuteur, les connaissances déjà acquises, vérifiées ou croisées, l'appartenance à un groupe et une communauté de pensée, les antécédents en termes d'exactitude et de précision d'un interlocuteur, le niveau perçu de certitude dans son discours, la présentation verbale de l'information (comme un savoir, une déduction, ou avec une certaine marge d'incertitude), ou encore le « langage corporel » de l'interlocuteur.

Si de précédentes études -comme cette étude du MIT présentée dans la revue Cognition, qui montre que les enfants perçoivent si les adultes leur disent la vérité-, suggèrent que les enfants peuvent utiliser des indices tels que la précision et le niveau de certitude perçu pour guider de manière sélective leur apprentissage, on sait peu sur la façon dont les enfants pondèrent ces différents repères pour arbitrer sur la crédibilité d'une donnée. Âge de l'adulte, précision de son discours, expertise perçue, l'impact relatif de ces signaux peut varier au fil des premières années de vie. A cette difficulté s'ajoutent les caractéristiques individuelles des interlocuteurs adultes dans l'expression de la certitude ou de l'incertitude, dans l'expertise selon les domaines d'apprentissage, ou tout simplement dans l'humeur du moment. La capacité des enfants à apprécier ces différences a un impact majeur sur leur apprentissage.

Quel mode d'arbitrage pour choisir les sources fiables : Les chercheurs canadiens se sont donc intéressés à la manière dont les jeunes enfants pèsent ces différences individuelles en termes de précision et de certitude et ont tenté de répondre à 2 questions :

Les enfants se fient-ils bien aux antécédents en termes d'exactitude et de précision d'un interlocuteur pour décider de qui d'apprendre et à qui se fier ?

Y-a-t-il une évolution dans leur mode d'arbitrage et la pondération des différents indices au cours des premières années de vie ?

Les chercheurs ont présenté à 96 enfants, âgés de 4 et 5 ans de courtes vidéos mettant en scène 2 femmes adultes parlant d'animaux familiers. L'une disait des vérités sur l'animal, mais d'une voix et d'une manière hésitantes : « Euh, je crois que les baleines vivent dans l'eau, n'est-ce pas? ». L'autre racontait des mensonges sur l'animal mais d'une voix assurée: « Ah, moi je sais! Les baleines vivent sous terre! ». Dans un second temps, les chercheurs ont montré aux enfants des vidéos des mêmes 2 femmes parlant d'animaux inconnus. La même femme s'exprimait avec hésitation, la même avec assurance. Les chercheurs ont finalement demandé aux enfants à qui ils faisaient confiance.

A 4 ans, les réponses se répartissent de manière égale entre les 2 interlocutrices.

Est-ce l'assurance de l'interlocuteur ou sa précision passée qui l'emporte ? Globalement, à l'issue de différentes expériences, les auteurs montrent que les enfants au départ, lors d'un premier contact avec un adulte, vont plutôt faire lui confiance se basant sur sa seule assurance, et cela n'évolue pas vraiment avec l'âge (toujours préscolaire).

Ensuite, les enfants vont joindre le repère « précision » à celui de l'assurance de l'interlocuteur, et au fil des interactions et avec l'avancée en âge, ce repère précision/exactitude devient dominant dans l'arbitrage de l'enfant (Voir schéma ci-contre).

Ainsi, dans l'expérience, passées 5 ans, les enfants sont plus enclins à croire un adulte qui s'est généralement montré exact et précis, même s'il est hésitant.

En un an, de 4 à 5 ans, les enfants ont donc beaucoup « gagné » en sens critique. A 5 ans, ils savent déjà discerner à quels adultes ils peuvent se fier pour avancer dans leur apprentissage et sont capables de penser, comme l'exprime le titre de l'article « Tu as l'air bien sûr de toi pourtant tu t'es déjà trompé… ».

Ces résultats sont importants pour les éducateurs, comme pour les parents, expliquent les auteurs.

Il est vrai que leur étude apporte un éclairage nouveau sur le développement de la cognition sociale, du scepticisme et de la pensée critique chez l'enfant.

Source: PLoS ONE September 25, 2014 DOI: 10.1371/journal.pone.0108308 You Seem Certain but You Were Wrong Before: Developmental Change in Preschoolers' Relative Trust in Accurate versus Confident Speakers (Visuel © apops - Fotolia.com)

Lire aussi : DÉVELOPPEMENT: Les enfants exigent toute la vérité

Autres actualités sur le même thème