Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE de type 1 : Supprimer le glucagon supprimerait le besoin d'insuline

Actualité publiée il y a 9 années 8 mois 1 semaine
Diabetes

Neutraliser l'action du glucagon grâce à l’utilisation de la leptine dans le traitement du diabète de type 1, pourrait devenir un nouveau traitement pour certaines personnes diabétiques. Cette étude, menée sur la souris par des chercheurs UT Southwestern Medical Center, cofinancée par l'American Diabetes Association et les US National Institutes of Health, montre en effet que le diabète peut devenir asymptomatique en éliminant l’action du glucagon. Des conclusions surprenantes, publiées dans l’édition de février de la revue Diabetes qui suggèrent que, s'il n'y a plus de glucagon, plus besoin d’insulinothérapie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ces résultats chez la souris montrent en effet que l'insuline devient totalement superflue lorsque l'action du glucagon est neutralisée. Le glucagon, une hormone produite par le pancréas, empêche l'hypoglycémie chez les individus sains et provoque une hyperglycémie chez les personnes diabétiques de type 1.


"Nous avons tous été élevés dans l'idée que l'insuline est l'hormone toute-puissante, sans laquelle la vie est impossible, mais ce n'est pas le cas", déclare le Dr Roger Unger, professeur de médecine interne et auteur principal de l'étude. "Si le diabète est défini comme la restauration de l'homéostasie du glucose à la normale, ce traitement peut-être considéré comme très proche d'une «guérison». Alors que même une régulation optimale d'un diabète de type 1 par insuline ne peut pas restaurer une tolérance du glucose normale, ces nouveaux résultats montrent que l'élimination de l'action du glucagon restaure une tolérance normale du glucose normale.

Le glucagon est libéré lorsque le niveau de glucose dans le sang est faible. Dans une carence en insuline, les taux de glucagon sont anormalement élevés et incitent le foie à libérer des quantités excessives de glucose dans le sang. Cette action est contrecarrée par l'insuline, qui incite les cellules de l'organisme à extraire le sucre de la circulation sanguine.

Dans cette étude, les scientifiques ont mené sur des souris génétiquement modifiées pour manquer de récepteurs du glucagon un test de tolérance au glucose par voie orale. Ce test- qui peut aussi être utilisé pour diagnostiquer le diabète, le diabète gestationnel ou encore un pré-diabète - mesure la capacité du corps à métaboliser le glucose dans le sang. Les chercheurs ont découvert que les souris ayant une production normale d'insuline mais sans fonctionnement des récepteurs du glucagon répondent normalement au test. Les souris répondent également normalement quand leurs cellules bêta productrices d'insuline ont été détruites.

"Ces résultats suggèrent que, s'il n'y a pas de glucagon, ce n'est pas grave si vous n'avez pas d'insuline», explique le Dr Unger. "Cela ne signifie pas l'insuline n'a pas d'importance. Elle est essentielle pour la croissance et le développement normal du nouveau-né à l'âge adulte. Mais à l'âge adulte, au moins en ce qui concerne le métabolisme du glucose, le rôle de l'insuline est de contrôler le glucagon. "Et si vous n'avez pas de glucagon, alors vous n'avez pas besoin d'insuline."

Le Dr Young Lee, co-auteur de l'étude, indique que l'étape suivante consiste à déterminer le mécanisme derrière ce résultat. «Si nous pouvons trouver un moyen pour bloquer les actions du glucagon chez les humains, alors nous pourrons minimiser la nécessité d'une insulinothérapie."