Vous recherchez une actualité
Actualités

INFECTIONS BACTÉRIENNES: Le zinc réduit de 40% les complications chez le nourrisson

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 1 semaine
The Lancet

Alors que de précédentes études ont déjà suggéré les bénéfices du zinc pour notre système immunitaire qui l’utilise pour intoxiquer les microbes, cette étude internationale, menée à New Dehli, recommande le zinc comme traitement adjuvant pour réduire le risque d'échec du traitement en cas d’infection bactérienne grave chez les nourrissons âgés de 7 à 120 jours. Ainsi, une supplémentation de 10 mg de zinc en cas d’infection, en complément des antibiotiques, réduit de 40% le risque de complications.

Car, rappellent les auteurs, les infections bactériennes graves sont une cause majeure de décès dans la petite enfance, en particulier dans les pays en développement. Une supplémentation en zinc serait une intervention peu coûteuse et accessible qui pourrait, en complément d'antibiotiques, réduire le risque de complications et de décès chez les nourrissons atteints d'une infection bactérienne grave.


Ces chercheurs de l'Institute of Medical Sciences et du Translational Health Science and Technology Institute (New Delhi), en collaboration avec des scientifiques de la Harvard School of Public Health, (Boston) et de l'Université de Bergen (Norvège), suggèrent, dans cette étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo, que des nourrissons hospitalisés atteints d'une infection bactérienne, par ailleurs en insuffisance pondérale ou souffrant de diarrhée lors de l'hospitalisation, ont mieux répondu au traitement par antibiotiques, avec, en complément, 10 mg de zinc par voie orale vs placebo.

15 nourrissons traités, 1 échec thérapeutique évité : 352 nourrissons âgés de 7 à 120 jours ont reçu la supplémentation en zinc, 348 un placebo. Les échecs thérapeutiques définis comme soit la nécessité de modifier le traitement antibiotique, soit d'être pris en charge en soins intensifs, sont significativement moins fréquents dans le groupe « zinc » (10% des nourrissons) que dans le groupe placebo (17% des nourrissons). En bref, la supplémentation en zinc réduit le risque relatif vs placebo d'échec thérapeutique de 40 (RR : 0,60 IC : 95%) et le risque absolu de 6,8%. Ainsi, le traitement en complément avec du zinc de 15 nourrissons permet d'éviter 1 échec thérapeutique. Les chercheurs concluent donc aux bénéfices du zinc, en traitement adjuvant, pour réduire le risque d'échec du traitement chez les nourrissons.

Source: The Lancet, Volume 379, Issue 9831, Pages 2072 - 2078, 2 June 2012 Published Online: 31 May 2012 Zinc as adjunct treatment in infants aged between 7 and 120 days with probable serious bacterial infection: a randomised, double-blind, placebo-controlled trial (Visuel © NICOLAS LARENTO - Fotolia.com)

Lire aussi: RHUME: Un peu de zinc pour couper court?

INFECTIONS : Après le cuivre, le zinc

Accéder aux dernières actualités sur les Infections bactériennes