Vous recherchez une actualité
Actualités

MOUSTIQUES: Pourquoi certains les attirent et d'autres pas

Actualité publiée il y a 5 années 5 mois 2 jours
PLoS ONE

Les moustiques sont des vecteurs meurtriers : on estime que 100 millions de personnes contractent la dengue chaque année, 198 millions de personnes le paludisme. Moins sévèrement, certains, au quotidien vont développer des réactions allergiques après piqûre de moustiques. Ces chercheurs ont cherché à comprendre pourquoi certaines personnes étaient des proies plus attractives que d’autres. Ils confirment, avec cette étude, publiée dans la revue PLoS ONE, une prédisposition génétique, détectable à l'odeur.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

On sait depuis longtemps que certaines personnes attirent les moustiques et la principale raison invoquée est l'odeur corporelle, une caractéristique en partie héritée via nos gènes. Ces chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, de l'Université de Floride et de Nottingham ont donc cherché à savoir si des jumeaux monozygotes donc dotés de gènes identiques présentaient le même niveau d'appétence pour le moustique.


Cette petite étude a donc exposé les mains de paires de 18 paires de jumeaux identiques (monozygotes) et de 19 paires de jumeaux non identiques (dizygotes) à des moustiques. L'expérience a été réalisée en libérant des moustiques à l'intérieur de tubes en Y avec donc 2 sections, une par jumeau. Les participants devaient mettre leur main au sommet d'une section, et les chercheurs comptaient le nombre de moustiques qui volaient de chaque côté du tube puis comptaient les piqûres.

L'analyse montre que,

· les jumeaux identiques présentent le même niveau d'attractivité pour les moustiques, alors que cette attractivité diffère chez les jumeaux non-identiques,

· estime à 62% l'influence des facteurs héréditaires sur le choix de direction du moustique,

· soit un poids de l'hérédité comparable à celui relatif à la taille ou au Q.I. d'un individu…

Ces données confirment l'hypothèse d'une composante génétique, détectable à l'odeur, et contribuent à expliquer pourquoi au sein d'une même famille, certains seront plus piqués que d'autres. Une petite étude certes mais pas dénuée d'implications : Cette piste génétique pourrait aider à terme les scientifiques à développer de meilleurs répulsifs.

Source: PLOS One April 22 2015 DOI: 10.1371/journal.pone.0122716 Heritability of Attractiveness to Mosquitoes (Vignette” Female Aedes aegypti mosquito”@PloS ONE)

Autres actualités sur le même thème