Vous recherchez une actualité
Actualités

SOCIO-SEXUALITÉ: Plus les hommes se trouvent séduisants, plus ils sont exigeants

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 1 semaine
PLoS ONE

Les préférences d’un individu pour une personne du sexe opposé sont en partie fonction de ses propres caractéristiques physiques, certes. Mais pas forcément objectives. Ici, les auteurs de la Brunel University (Londres) ont regardé, avec l’aide de la numérisation en 3D comment les préférences individuelles d'un individu, varient en intensité en fonction de ses caractéristiques physiques objectives mais aussi en fonction de l’image qu’il a de lui-même. Les conclusions de cette recherche originale publiée dans l’édition du 4 janvier de PLoS ONE, montrent, que chez les hommes, c’est plutôt l’image qu’ils ont de leur propre attractivité qui va renforcer leurs exigences chez les femmes.

Rappelons brièvement cette étude du CNRS, publiée dans la même revue, qui montrait que certains traits du visage, en commun, vont contribuer à « rapprocher » hommes et femmes, car allant plutôt dans le sens d'une préférence pour des origines génétiques similaires. Ou encore cette autre étude, toujours dans PLoS ONE qui montrait, qu'en état de stress, les hommes vont préférer les femmes plus rondes. Ici, les auteurs s'attachent plus à la forme du corps, objective ou subjective, lorsqu'il s'agit de l'individu lui-même. Le concept de socio-sexualité : Les auteurs définissent le concept de socio-sexualité comme une échelle qui va apprécier l'attractivité sexuelle et sociale de l'individu. Ainsi, un homme au visage attrayant, présentant une silhouette bien proportionnée sera plus élevé dans cette échelle de socio-sexualité. Ici les auteurs se sont basés sur plusieurs mesures corporelles objectives, relevées grâce à la 3D : le rapport taille-poitrine (WCR) chez l'homme, le rapport taille-hanche pour la femme (WHR) et un indice volume-hauteur (VHI) pour les 2 sexes -qui correspond, en réalité à la minceur- ainsi que sur l'auto-évaluation des participants de leur propre attractivité et de leur propre niveau de socio-sexualité.Michael E. Price, responsable du Département psychologie à la Brunel University, auteur principal de l'étude, a ainsi examiné les relations entre les mesures objectives et les auto-évaluations sur leur propre attractivité de 118 participants et leurs préférences en termes de silhouette ou de forme corporelle chez 80 modèles (comme ci-contre) de corps de l'autre sexe. L'étude montre que, · -comme prévu, le rapport taille-hanche et la minceur ou silhouette sont 2 facteurs prédicteurs importants de l'attractivité du corps féminin, tandis que le rapport taille-poitrine et également l'indice volume-hauteur (ou minceur), 2 facteurs prédicteurs d'attractivité du corps de l'homme. · Lorsque les hommes s'autoévaluent comme attractifs ou élevés sur l'échelle de la socio-sexualité, leur scores sont positivement associés à une préférence forte pour des corps féminins attractifs en termes de silhouette et de minceur (Voir courbe ci-contre). Plus l'homme se juge lui-même attractif, plus sa préférence vers la minceur chez la femme va être forte. · En revanche, pour les femmes, les résultats sont plus complexes et la seule association apparaît entre des femmes objectivement minces (indice volume- taille faible) et une préférence pour des hommes ayant un rapport taille-poitrine, donc des proportions harmonieuses. En dehors, ce schéma femme mince –préférence pour un homme bien proportionné, aucune association significative n'a été observée quel que soit le sexe, entre les mesures objectives de la forme du corps d'un individu et ses préférences pour des mesures corporelles pour le sexe opposé.


Tout semble chez l'homme, fonction de l'image de soi : Ces résultats suggèrent que chez les hommes, c'est plutôt l'auto-évaluation de leur attractivité propre qui va conduire l'exigence et les préférences pour des femmes à la silhouette fine et harmonieuse. Seules les femmes objectivement minces vont plutôt se tourner vers des hommes, de préférence, bien proportionnés.

Source: PLoS ONE 8(1): e52532. doi:10.1371/journal.pone.0052532 Body Shape Preferences: Associations with Rater Body Shape and Sociosexuality (Visuel © Image Source IS2 - Fotolia.com)

Lire aussi : SÉDUCTION: Faut-il lui ressembler pour lui plaire? -.

Autres actualités sur le même thème