Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL et NUTRITION : On fait sa nuit comme on se nourrit

Actualité publiée il y a 6 années 6 mois 1 semaine
Appetite

« Vous êtes ce que vous mangez», mais vous dormez aussi comme vous mangez, conclut avec sa large étude américaine, représentative au niveau des Etats-Unis, le Pr Grandner de la Penn Medicine. Les conclusions, publiées dans la revue Appetite, montrent tout l’impact de l’alimentation et de certains nutriments sur la quantité et la qualité du sommeil, et quand l’on sait que le sommeil est un déterminant essentiel de la santé et du bien-être…Alors quels sont ces nutriments ou micronutriments associés à de bonnes habitudes de sommeil ?

Le Pr Michael Grandner, de la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie est un grand expert du sommeil. Il avait déjà démontré, en 2012, dans une grande étude menée sur plus de 150.000 personnes, publiée dans la revue Sleep, que le sommeil s'améliore avec l'âge, pas le contraire.


Certains nutriments jouent un rôle fondamental dans le sommeil : Avec l'augmentation faramineuse de la prévalence de l'obésité et ses conséquences, les chercheurs spécialisés dans le sommeil sont de plus en plus nombreux à explorer les facteurs qui prédisposent à la prise de poids et à l'obésité. Cette étude montre pour la première fois que certains nutriments peuvent jouer un rôle fondamental dans le sommeil de courte et longue durée et que les personnes qui déclarent suivre un régime alimentaire varié ont un sommeil plus sain. De nombreuses études ont étudié le lien entre l'horloge biologique et le sommeil et l'obésité et les troubles métaboliques, montrant qu'une horloge décalée entraînait un risque accru d'obésité mais très peu d'études ont exploré le lien, dans la vraie vie entre sommeil et nutriments.

L'importance de la diversité alimentaire : Le Pr Michael A. Grandner rappelle ainsi qu'alors que «ceux qui rapportent entre 7 à 8 heures de sommeil chaque nuit sont plus susceptibles de connaître une meilleure santé globale et de bien-être », les différences de régime alimentaire liées à un sommeil plus court ou de moindre qualité méritent d'être identifiées. Son équipe a analysé les données de l'Enquête nationale 2007-2008 et Nutrition Examination Survey (NHANES) représentatives de la population américaine. Les données sur le sommeil ont permis d répartir les participants en groupes, «nuit très courte : <5 h par nuit », « nuit courte : 5-6 heures », « nuit standard : 7-8heures », « longue nuit de sommeil : >9 h ». Les chercheurs disposaient également des données détaillées sur l'apport alimentaire d'une journée entière. Après prise en compte de tous les facteurs de confusion, dont les données démographiques, socio-économiques, l'activité physique, l'obésité et autres, ils constatent que,

· l'apport calorique total varie selon les groupes de sommeil,

· les petits dormeurs consomment le plus de calories, suivis par les dormeurs « standard », suivis par les très petits dormeurs, suivis par les gros dormeurs.

· La variété alimentaire est la plus élevée chez les dormeurs normaux, et la plus faible chez les très petits dormeurs.

· Ces différences se retrouvent pour de nombreux types de nutriments, dont les protéines, les glucides, les vitamines et les minéraux.

Les nutriments essentiels: L'analyse montre que,

· un sommeil très court est associé à une moindre consommation d'eau du robinet, de lycopène (un pigment présent dans la tomate par ex.) et de glucides,

· un sommeil court est associée à moins de vitamine C, d'eau du robinet, de sélénium (qui se trouve dans les noix, la viande et les fruits de mer) et à plus de lutéine / zéaxanthine (légumes feuillus verts et compléments à base de plantes (ex: aubépine, mélisse...)

· un sommeil long est associé à une moindre consommation de théobromine (chocolat et thé), d'acide dodécanoïque (acide gras saturé), de choline (œufs et viandes grasses, tous glucides).

· les personnes qui dorment 7 à 8 heures chaque nuit ont des régimes alimentaires très différents, par rapport aux personnes qui dorment plus ou moins.

· Un sommeil court et long est associé avec une variété alimentaire plus faible.

Mais en modifiant son régime alimentaire, pourra-t-on mieux dormir ? C'est le domaine qui reste à explorer par les chercheurs, toujours dans l'objectif de mieux comprendre et prévenir l'obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires. Un rêve, pouvoir identifier la combinaison idéale de nutriments et de calories pour favoriser un sommeil sain et suffisant.

Source: Appetite doi.org/10.1016/j.appet.2013.01.004 Dietary nutrients associated with short and long sleep duration. Data from a nationally representative sample Penn Médicine Eat to Dream: Penn Study Shows Dietary Nutrients Associated with Certain Sleep Patterns


est partenaire de cet article

Autres actualités sur le même thème