Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAGISME: La cigarette grille plus vite le cerveau des hommes

Actualité publiée il y a 7 années 9 mois 1 semaine
Archives of General Psychiatry

Le déclin cognitif est plus rapide chez les hommes qui fument ou qui...ont fumé. Le facteur tabagisme n'impacterait d'ailleurs le déclin cognitif que chez les hommes, selon cette étude de l'University College de Londres, publiée dans l’édition en ligne du 6 février des Archives of General Psychiatry. Déjà reconnu comme un facteur de risque de développement de la démence chez les personnes âgées, le tabagisme reste un facteur très sous-estimé par les études existantes, en raison de taux de décès et d’abandon plus élevés des fumeurs en cours d’étude…

Les différents types de démence dont la maladie d'Alzheimer touchent aujourd'hui 36 millions de personnes dans le monde, un chiffre qui pourrait doubler tous les 20 ans, selon les auteurs. Une récente étude qui porte sur l'incidence de la déficience cognitive légère par sexe, montre une incidence supérieure chez l'homme et une influence importante des facteurs environnementaux. Cette étude démontre que le tabagisme est particulièrement influent sur le développement du déclin cognitif chez l'homme.


L'étude du Pr. Séverine Sabia, de l'University College de Londres est basée sur les données de l'étude cohorte Whitehall II menée auprès de plusieurs milliers d'employés de la fonction publique britannique. Les auteurs ont examiné sur 5.099 hommes et 2.137 femmes, l'association entre les antécédents de tabagisme et le déclin cognitif de la quarantaine à la vieillesse. Les participants âgés en moyenne de 56 ans lors de leur première évaluation cognitive, en ont subi 3 sur une durée de 10 ans et leur tabagisme a été évalué 6 fois, en l'espace de 25 ans. Les chercheurs concluent que,

- fumer est associé à un déclin cognitif plus rapide chez les hommes,

- les hommes qui ont continué à fumer au cours de l'étude présentent le déclin cognitif le plus élevé,

- les hommes qui cessent de fumer dans les 10 années précédant la première mesure cognitive restent tout de même avec un risque de déclin cognitif plus élevé, en particulier dans la fonction exécutive,

- les hommes qui cessent de fumer dans les 10 années précédant la première évaluation cognitive ne « déclinent » pas moins rapidement,

- les résultats ne montrent aucune association entre tabagisme et déclin cognitif chez les femmes, mais les auteurs sont incapables, à ce stade, de l'expliquer, au-delà des différences de consommation hommes/femmes.

- Enfin, l'association entre tabagisme et capacités cognitives est très sous-estimée dans cette étude, précisent les auteurs, en raison du risque élevé de décès et d'abandon de l'étude chez les fumeurs.

Une étude publiée en mai dernier dans la même revue confirmait l'association du tabagisme comme du diabète et de l'hyperlipidémie dès la quarantaine à un risque accru de maladie d'Alzheimer.

Source: Arch Gen Psychiatry Published online February 6, 2012 doi:10.1001/archgenpsychiatry.2011.2016 Impact of Smoking on Cognitive Decline in Early Old Age (Visuel © Sylvie Thenard - Fotolia.com)

Lire aussi : TROUBLES COGNITIFS LÉGERS: A 65 ans et plus, 2 personnes sur 3 en sont atteintes

La DÉFICIENCE COGNITIVE LÉGÈRE affecte les hommes plus que les femmes

ALZHEIMER: Diabète, cholestérol et tabagisme, 3 facteurs identifiés -

Autres actualités sur le même thème