Vous recherchez une actualité
Actualités

Trop de CAFÉ au grand âge accélère le déclin cognitif

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 2 semaines
The Journal of Alzheimer's Disease

Les habitudes de consommation de café ont un impact certain sur le risque de déficience cognitive légère, un déclin qui précède le développement de la démence ou de la maladie d’Alzheimer. C’est la conclusion de cette étude longitudinale italienne sur le vieillissement menée par des chercheurs de l'Université de Bari Aldo Moro (Italie). Les conclusions, présentées dans le Journal of Alzheimer's Disease confirment qu’avec l’âge, la consommation de café doit être « plus raisonnable ». Ainsi, les sujets âgés en bonne santé qui augmentent leur consommation avec le temps ont un risque multiplié par 2 de déficience cognitive, à 3 ans.

Rappelons que la déficience cognitive légère est considérée comme le stade qui précède le développement de la maladie d'Alzheimer et de la démence. Comme il n'existe encore une fois aucun traitement efficace pour modifier le cours de la maladie neurodégénérative, l'identification et la gestion précoces des facteurs de risques constituent aujourd'hui les mesures de base pour échapper à la maladie. On sait que 1 cas sur 3 pourrait ainsi être évité. Parmi les facteurs liés à l'alimentation, le café, qui lorsque consommé régulièrement est reconnu comme un bon stimulant psychoactif entraînant une vigilance accrue et une amélioration des performances cognitives. Mais voilà, pas dans toutes les conditions :


L'impact du changement des habitudes de consommation de café : Cette équipe de gériatres estime ici l'impact du changement des habitudes de consommation de café et l'incidence de la déficience cognitive légère (MCI), chez 1.445 participants âgés de 65 à 84 ans issus de l'Étude italienne sur le vieillissement. Ces participants ont été suivis durant 3,5 ans.

L'analyse constate que les sujets cognitivement sains au départ de l'étude,

· qui ont augmenté, au fil du temps, leur consommation de café (soit, de plus d'1 tasse de café / jour) ont un risque 2 fois plus élevé de déficience cognitive légère, que ceux qui ont réduit, d'au moins 1 tasse de café / jour, leur consommation de café.

· Ceux qui ont conservé les mêmes habitudes de consommation, un risque 1,5 fois plus élevé de déficience cognitive légère, que ceux qui ont réduit leur consommation de café.

· Ceux qui consomment habituellement une quantité modérée de café, soit 1 ou 2 tasses de café / jour, présentent un risque réduit de déficience cognitive légère vs ceux qui ne consomment jamais ou rarement, de café.

Des résultats qui suggèrent que les personnes plus âgées et saines sur le plan cognitif, qui ne consomment jamais ou rarement du café et celles qui à un âge avancé augmentent leur consommation ont un risque plus élevé de développer une démence. En conclusion, à un âge avancé, il est préférable d'opter pour une consommation de café modérée et régulière et ne pas augmenter cette consommation avec l'âge.

Quelle explication ? Les auteurs émettent l'hypothèse de différents mécanismes pouvant expliquer les effets neuroprotecteurs de la consommation de café observés dans cette étude, en particulier l'activation des récepteurs d'adénosine A2A (les A2ARs) qui peuvent atténuer les dommages causés par la protéine ß-amyloide (Aß), le peptide toxique « s'agglutinant » dans les cerveaux des personnes atteintes de MA. Cependant, au-delà d'un certain âge, un certain équilibre des niveaux de A2Ars est requis pour un effet neuroprotecteur. Des doses plus élevées de caféine peuvent alors nuire à l'acquisition de la mémoire. D'autres processus sont également évoqués par les auteurs qui appellent néanmoins à expliquer, par de nouvelles études, ces mécanismes qui sous-tendent les effets neuroprotecteurs de café en fonction de l'âge. Enfin, l'étude apporte, très concrètement une recommandation sur la consommation de café, à l'âge mûr et une nouvelle raison d'en consommer, mais avec modération.

Source: Journal of Alzheimer's Disease Coffee Consumption Habits Impact the Risk of Mild Cognitive Impairment: The Italian Longitudinal Study on Aging et July, 2015 DOI: 10.3233/JAD-150333 Coffee Consumption Habits and the Risk of Mild Cognitive Impairment: The Italian Longitudinal Study on Aging

Plus de 50 études sur le Café et ses effets

Lire aussi : ALZHEIMER: Les 4 facteurs cardiovasculaires à éviter pour réduire son risque -

Autres actualités sur le même thème