Vous recherchez une actualité
Actualités

ALIMENTATION: Le modèle français a moins la cote

Actualité publiée il y a 4 années 7 mois 2 semaines
Inserm et PLoS ONE

Le modèle français à 3 repas par jour toujours majoritairement suivi mais avec quelques « libertés », révèle cette étude menée par une équipe de l’Inserm. Parmi les 75% de Français qui suivent bien ce modèle, un tiers prend le déjeuner à l’extérieur, et 17% seuls devant leur télévision. Désormais donc un Français sur 4 saute le petit déjeuner, avec en compensation fréquente, le grignotage. Donc quelques habitudes nutritionnelles à revoir, comme l’excès de restaurants, le repas face à l’écran ou le snacking, et des cibles mieux identifiées pour les bonnes interventions de santé publique.

On cite fréquemment comme référence le modèle alimentaire français avec l'importance du moment des repas dans la vie quotidienne. Si ce modèle à 3 repas, avec petit déjeuner entre 7 et 8h30, déjeuner entre 12 et 13h30 et dîner entre 7 et 20h30, est toujours suivie par une majorité de Français, si la majorité des repas reste prise à la maison, si le grignotage est encore limité, cette étude identifie une certaine évolution chez certains groupes de population. Diminution de la prise de petit-déjeuner, repas pris dans la solitude, ou trop fréquemment à l'extérieur, le mode de vie urbain, la pauvreté et la solitude commencent à grignoter le modèle français.


Un quart des Français a basculé sur 2 repas, résume le communiqué de l'Inserm, à l'issue de son enquête menée en Ile de France, auprès de 2.994 personnes participant à la cohorte SIRS (santé, inégalités et ruptures sociales), un échantillon représentatif de tous les types socio-démographiques.

Les participants interrogés ont renseigné comment s'étaient déroulés leurs repas pendant une semaine. L'analyse constaté 5 modèles d'habitudes alimentaires :

· Type 1, 33% : 3 repas par jour, déjeuner majoritairement pris à l'extérieur, sur le lieu de travail ou au restaurant avec des collègues ou des amis. Ces personnes sont plutôt actives et éduquées.

· Type 2, 17% : 3 repas par jour, repas pris au domicile, mais seul, devant la télévision ou en écoutant la radio. Ces personnes sont plutôt âgées, seules et ont des revenus plus modestes.

· Type 3, 24% : 3 repas par jour, plutôt à la maison en famille avec respect de la consigne « 5 fruits et légumes par jour ».

· Type 4, 13% : 1 ou 2 repas par jour, pas de petit déjeuner, horaire des repas irréguliers, pris à la maison en regardant la télévision. Ces personnes sont souvent au chômage et ont un faible revenu.

· Type 5, 12% : 1 à 2 repas par jour, repas souvent pris à l'extérieur, qualité et diversification de l'alimentation peu élevées. Ces personnes sont plutôt actives, intégrées, jeunes et représentatives d'un mode de vie urbain moderne.

Des résultats qui apportent donc une photographie des habitudes alimentaires des Français, des lacunes ou des tendances bien spécifiques à certains groupes de population, donc avec des implications importantes pour les stratégies de Santé publique de lutte contre l'obésité.

Source: PLoS ONE 2015 Mar 3. doi: 10.1371/journal.pone.0119161 Is There Still a French Eating Model? A Taxonomy of Eating Behaviors in Adults Living in the Paris Metropolitan Area in 2010

Lire aussi: OBÉSITÉ: Pour l'éviter, rien ne vaut les repas en famille!

Accéder à notre dossier Obésité de l'enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-) Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème