Vous recherchez une actualité
Actualités

ALIMENTATION: Vers une interdiction totale des acides gras trans?

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 2 semaines
BMJ

Faut-il interdire totalement les acides gras trans industriels, utilisés dans l'agroalimentaire comme stabilisateurs et comme conservateurs ? Leur effet très largement démontré d’augmentation du risque cardiovasculaire via l’augmentation du "mauvais" cholestérol (LDL) et la réduction "bon" cholestérol (HDL) pousse aujourd’hui ces experts britanniques à invoquer cette interdiction dans le British Medical Journal. En cause, ici, les pas moins de 7.000 décès cardiaques qui pourraient être évités, en Angleterre, sur les 5 prochaines années.

L'interdiction totale est techniquement faisable, expliquent ces experts qui appellent donc à « une action décisive ». Car si aucune augmentation du risque cardiovasculaire n'a été mise en évidence avec la consommation d'acides gras trans naturels (viande, produits laitiers), les acides gras trans des aliments transformés, fabriqués à partir d'huiles végétales, sont, au-delà d'un apport supérieur à 2% des apports quotidiens, associés à un risque accru de maladie coronarienne et de décès. L'Agence américaine FDA travaille depuis 10 ans à leur suppression dans les produits alimentaires, estimant qu'aux Etats-Unis, ces graisses sont responsables de 7.000 décès par maladies cardiaques et de 20.000 crises cardiaques chaque année. Les études épidémiologiques soulignent, par ailleurs, que leur consommation « touche » plus fortement les groupes socio-économiques défavorisés.


L'équipe de Liverpool et d'Oxford a donc travaillé sur 3 options stratégiques pour réduire la consommation de gras trans :

- l'interdiction totale des acides gras trans dans les aliments transformés;

- l'amélioration de l'étiquetage des aliments;

- l'interdiction des acides gras trans dans les restaurants et points de vente de repas à emporter.

Les chercheurs ont calculé les économies de santé et la rentabilité de chacune de ces politiques par rapport à la situation actuelle (les recommandations actuelles préconisent de limiter les gras trans à 1% de l'apport énergétique), en prenant en compte les variables telles que l'âge, le sexe et le statut socioéconomique. De cette analyse, il ressort :

Ø une consommation moyenne d'acides gras trans chez les adultes britanniques estimée à 0,7% de l'apport énergétique.

· une consommation moyenne d'acides gras trans chez les groupes les plus défavorisés, estimée à 1,3%.

Ø l'interdiction totale des acides gras trans industriels dans les aliments transformés pourrait empêcher (toujours en Angleterre) ou retarder environ 7200 décès (2,6%) liés à la maladie coronarienne sur les 5 prochaines années,

· réduire les inégalités du risque de décès mortalité par maladie coronarienne d'environ 3.000 décès chez les groupes socio-économiques les plus défavorisés.

Ø l'amélioration de l'étiquetage ou l'élimination des acides gras trans dans les restaurants et point de vente à emporter pourraient réduire de 1.800 à 3.500, le nombre de décès par maladie coronarienne dont 600 à 1.500 chez les groupes plus défavorisés.

Enfin, l'interdiction totale reste la stratégie la plus rentable, coûts d'élimination et de substitution des acides gras trans pris en compte.

« Compter sur la coopération de l'industrie pourrait être insuffisant», écrivent les auteurs qui appellent à «une action décisive» de l'Etat.

Source : BMJ 2015;351:h4583 15 September 2015 Potential of trans fats policies to reduce socioeconomic inequalities in mortality from coronary heart disease in England: cost effectiveness modelling study

Plus d'études sur les Acides gras trans

Autres actualités sur le même thème