Vous recherchez une actualité
Actualités

Centrales NUCLÉAIRES et LEUCÉMIE: Plus de cas mais pas d'explication

Actualité publiée il y a 7 années 8 mois 1 semaine
International Journal of Cancer

Ces résultats de l'étude Geocap sur les leucémies de l'enfant à proximité des centrales nucléaires publiés dans l'International Journal of Cancer, sont à prendre avec prudence. Car s’ils mettent en avant un risque double de développer une leucémie aiguë chez les enfants résidant à moins de 5 km des centrales nucléaires (vs 20 km ou plus), cette association risque-proximité porte sur 14 cas et ne peut être associée, en l’état des connaissances, aux rejets gazeux des déchets nucléaires. Globalement, les résultats appellent à de nouvelles études épidémiologiques permettant de disposer de données complémentaires sur l’impact des radiations ionisantes à faible dose et à une méta-analyse collaborative des études multi-sites menées dans différents pays.

Les leucémies de l'enfant représentent 30 % des cancers de l'enfant, soit 550 nouveaux cas par an chez des enfants et jeunes âgés de 0 à 19 ans. Alors que les progrès thérapeutiques ont été importants (60 à 80% de taux de guérison), les facteurs de risque demeurent mal connus, qu'ils soient génétiques ou environnementaux.


Menée par Jacqueline Clavel, Inserm Unité "Centre en recherche en épidémiologie et santé des populations" Geocap étudie le rôle dans les cancers de l'enfant, de plusieurs expositions environnementales en fonction du domicile de l'enfant au moment du diagnostic. Le projet ne porte pas que sur le nucléaire mais aussi sur l'exposition au benzène, l'exposition aux champs électriques et magnétiques, au benzène, aux PCBs et aux dioxines et au radon d'origine tellurique. Les expositions sont estimées par les distances entre source d'exposition et domicile et les chercheurs utilisent les données enregistrées par le Registre National des Hémopathies malignes de l'Enfant et par le Registre National des Tumeurs Solides de l'Enfant.

Une augmentation constatée, basée sur 14 cas : Les résultats ont porté sur 30.000 contrôles et 2.753 cas diagnostiqués en France métropolitaine sur la période 2002-2007 et sont similaires pour tous les groupes d'âge de 5 ans, quel que soit leur lieu de résidence: L'augmentation du risque est donc confirmée à 90% pour des enfants qui vivent à moins de 5 km des 19 centrales nucléaires, par rapport à ceux qui vivent à 20 km ou plus loin (OR : 1,9 de 1,0 à 3.3) mais cette augmentation n'est basée que sur 14 cas vs 7,4 statistiquement attendus. La même association a été observée dans une étude d'incidence (ratio d'incidence standardisé SIR : 1,9 de 1,0 à 3,2).

Le sujet est évidemment très politique en période pré-électorale. Ces résultats viennent confirmer le constat d'agrégats de cas de leucémies à proximité des centrales, de l'Autorité de sureté nucléaire, en novembre dernier, dans le rapport du groupe de travail du Pr. Danièle Sommelet présentant un état des lieux des connaissances sur les leucémies de l'enfant. Il faut noter que la publication des résultats de GéoCap transmis à l' l'International Journal of Cancer en août 2011 a pu précéder la publication de ce rapport, intervenue en novembre 2011. Ce rapport concluait « Les connaissances actuelles sur les effets des radiations ionisantes à faible dose ne permettent pas de conclure à une relation causale et les rares agrégats de leucémies à proximité de certaines installations nucléaires demeurent inexpliqués ».

Le rapport de l'ASN : La revue de l'ensemble des études multi-sites disponibles, y compris en France, n'a pas montré à ce jour d'augmentation de la fréquence des leucémies globalement chez les enfants. En 2007, une étude allemande conclut néanmoins à un excès de leucémies chez les enfants de 0 à 4 ans autour des centrales nucléaires allemandes (Spix et al. 2007). Une autre méta-analyse(Baker and Hoel 2007) menée sur 17 études montre également des taux de mortalité et de morbi­dité supérieurs à un et significatifs à proximité des installations nucléaires. Mais ces différentes études, selon, le rapport de l'ASN, présentent des limites méthodologiques.

Autres actualités sur le même thème