Vous recherchez une actualité
Actualités

INFECTIONS URINAIRES: Les cranberries réellement efficaces?

Actualité publiée il y a 8 années 3 mois 1 semaine
Archives of Internal Medicine

Cette étude hollandaise mettra peut-être fin au mythe du bénéfice des cranberries dans la prévention des infections urinaires. Elle conclut en effet que les femmes à risque de récidive feraient bien mieux de s’en tenir à une faible dose d'antibiotiques. Mais comme la prise d’antibiotiques n’est évidemment pas l’idéal, cette étude souligne finalement la nécessité de poursuivre les recherches pour de nouveaux traitements, non antibiotiques, pour prévenir ces infections urinaires récidivantes, fréquentes chez la femme.

L'objectif de cet essai de 12 mois mené sur 221 femmes âgées de plus de 18 ans, était de comparer l'efficacité des antibiotiques (triméthoprime-sulfamethazole (TMP-SMX) à l'extrait de cranberries pour prévenir les infections urinaires chez un groupe de femmes préménopausées sujettes à des infections urinaires chroniques. Les femmes avec infections urinaires récidivantes (soit 3 infections ou plus par an) prennent souvent des antibiotiques à titre préventif. L'étude conclut que, comparativement aux antibiotiques, des comprimés de cranberries ne sont d'aucune efficacité pour prévenir les infections urinaires chez ces femmes. Cette étude présente un taux élevé de “décrochage” (de l'ordre de 50% des participantes), comporte certaines limites, et aboutit à des conclusions différentes d'autres études.


Dans cette étude, les femmes ont été “randomisées” pour recevoir durant 12 mois,

- soit un comprimé de 480 mg de TMP-SMX le soir et une capsule de placebo deux fois par jour (110 femmes),

- soit une capsule à base d'extrait de Cranberrie 500mg (Cran-Max) 2 fois par jour, et une capsule de placebo le soir (111 femmes).

Les chercheurs ont évalué la composition bactérienne des échantillons d'urine recueillis sur les participantes, pris en compte le nombre de récidives d'infections urinaires et la résistance éventuelle de la bactérie E. coli à l'antibiotique.

Les chercheurs constatent, en moyenne sur 12 mois,

- 4 infections dans le groupe cranberries (IC: 95% de 2.3 à 5.6] vs 1,8 dans le groupe antibiotiques (IC:95% de 0,8 à 2,7).

- une plus forte proportion de femmes dans le groupe cranberries qui ont présenté durant ces 12 mois, au moins un des symptômes d'infection urinaire (78,2%) vs 71,1% dans le groupe antibiotique,

- une récidive plus rapide dans le groupe de Cranberrie: première récidive en moyenne 4 mois après le début du traitement, vs 8 mois dans le groupe antibiotique.

Mais quid de la résistance aux antibiotiques? Après un mois d'utilisation du TMP-SMX, la résistance à l'antibiotique augmentée d'environ 21,1%. 3 mois après l'arrêt du traitement, la résistance bactérienne revient à ses niveaux de départ. Evidemment, la résistance aux antibiotiques n'augmente pas dans le groupe de Cranberries.

Les chercheurs recommandent donc aux femmes préménopausées à infections urinaires répétées, plutôt une faible dose d'antibiotiques en préventif. Les cranberries sont utilisés pour la prévention des infections urinaires depuis de nombreuses années sans que leur mécanisme d'action ait été bien compris. Les infections urinaires sont fréquentes chez les femmes, et une infection urinaire simple est habituellement traitée par 3 jours d'antibiotiques. Cette étude, peu favorable aux cranberries, souligne la nécessité de poursuivre les recherches pour de nouveaux traitements.