Vous recherchez une actualité
Actualités

IST : Le VACCIN anti-HPV prévient 90% des verrues génitales chez les hommes

Actualité publiée il y a 8 années 5 mois 2 semaines
New England Journal of Medicine

Le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) peut prévenir à 85% l'infection par HPV-6, 11, 16 et 18 et 90% des verrues génitales chez les hommes jeunes, lorsqu'il est proposé avant l'exposition, selon cette nouvelle étude de scientifiques de l’Université de Californie, publiée dans l’édition du 3 février du New England Journal of Medicine. Une étude qui suggère l’opportunité de vacciner aussi les hommes jeunes, ce qui aurait également des conséquences positives sur la transmission du virus.

Sexuellement transmissibles virus du papillome humain (VPH) contribuent à environ 20.000 cas de cancer invasif dans les États-Unis chaque année, environ 50% sont des cancers du col utérin, et le reste affecter le vagin, la vulve, le pénis, l'anus ou la cavité buccale ou oropharynx.1 Moins de 25% des cancers liés au VPH se produisent chez les hommes. Toutefois, certains sous-groupes, tels que les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, ont des taux nettement plus élevé de maladies liées au VPH telles que le cancer anal. Types oncogènes de VPH causent presque tous les cas de cancer du col de l'utérus, 90% des cas de cancer de l'anus, et une plus petite proportion des cancers qui restent. La majorité de ces cancers. . .


Bien que le vaccin anti-HPV ait été approuvé en 2006 pour les « filles » en prévention du cancer du col de l'utérus, proposer le vaccin aux jeunes hommes n'a pas été initialement pris en compte, même si la FDA leur accordait l'autorisation en octobre 2009 pour la vaccination des garçons. Pourtant, les maladies causées par le HPV sont fréquentes chez les hommes, comme les verrues génitales, qui sont l'une des principales infections sexuellement transmissibles (IST). Aux Etats-Unis, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) estiment qu'un Américain sur 2, sexuellement actif sera infecté par le HPV à un moment donné de sa vie.

Le Dr. Joel Palefsky, professeur de médecine à l'UCSF qui a co-dirigé la recherche avec l'épidémiologiste Anna Giuliano du Lee Moffitt Cancer Center (Tampa, Floride), présente ses résultats : «Cela montre que si nous pouvons vacciner les hommes assez tôt, nous devrions être en mesure de prévenir la plupart des cas de verrues génitales dans cette population." « Les complications des traitements des verrues sont assez fréquentes, les verrues sont un problème fréquent chez les jeunes et sont souvent associées à la dépression, la stigmatisation sociale et à la perte de l'estime de soi

… ». Les chercheurs ont mené cette étude randomisée, contrôlée contre placebo, en double aveugle sur 4.065 garçons en bonne santé âgés de 16 à 26 ans, provenant de 18 pays. L'objectif d'efficacité primaire était de montrer que le vaccin quadrivalent anti-HPV réduit l'incidence des lésions génitales externes liées aux HPV-6, 11, 16 ou 18. Les participants, testés négatifs pour les HPV au moment de l'inclusion, ont été vaccinés (ou ont reçu un placebo).

Résultats : 36 lésions génitales externes ont été observées dans le groupe vacciné par rapport à 89 dans le groupe placebo, soit une efficacité globale observée de 60,2% (95% intervalle de confiance [IC], 40,8 à 73,8). Dans la population sous protocole, l'efficacité contre les lésions associées à HPV-6, 11, 16, ou 18 s'élève à 90,4% (IC 95%, de 69,2 à 98,1). La douleur au site d'injection est significativement plus fréquente chez les sujets recevant le vaccin quadrivalent anti-HPV que chez les participants recevant le placebo (57% vs 51%, P <0,001).

Le vaccin anti-HPV prévient très efficacement l'infection par HPV-6, 11, 16 et 18 et le développement des lésions génitales externes liées chez les hommes jeunes, âgés de 16 à 26 ans. Les chercheurs favorables à une vaccination des garçons, ajoutent : « la vaccination des garçons devraient également aider à prévenir la transmission du HPV pour les femmes, ainsi que la transmission d'homme à homme, et contribuer à réduire l'incidence du virus dans la population générale. »

A noter, cette étude a été co-financée par le laboratoire Merck et d'autres.