Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉMATURITÉ: Les plus petits prématurés du monde se portent bien!

Actualité publiée il y a 8 années 5 jours 22 heures
Pediatrics

Ils les appellent les micro-prématurés (ou micropreemies), les médecins du Centre de Loyola (USA) qui se sont spécialisés dans le suivi de ces grands petits prématurés. Ces plus petits prématurés du monde, de 300g environ, à la naissance, vont et grandissent bien, rapporte cette étude publiée dans l’édition en ligne du 12 décembre de Pédiatrique, la revue officielle de l'American Academy of Pediatrics. Mais la généralisation de leur état de santé avec tous les micro-prématurés n’est pas possible, expliquent ces cliniciens.

En 1989, Madeline Mann est devenu le plus petit bébé à survivre après sa naissance au Loyola University Medical Center. Elle pesait 280 g. (9,9 oz), soit environ la taille d'un iPhone, disent les auteurs. En 2004. Rumaisa Rahmam –qui est entrée au livre Guinness des records, née aussi au Loyola Center, pesait 260g.


Aujourd'hui, Madeline et Rumaisa ont des capacités motrices et un développement du langage tout à fait normaux, écrivent ces médecins de Loyola. Rumaisa reste aujourd'hui le plus petit au bébé au monde à la naissance des bébés survivants, et Madeline est le « 4ème » plus petit bébé au monde à la naissance, selon le registre tenu par l'Université de l'Hôpital pédiatrique de l'Iowa. Par ailleurs, Rumaisa avait une sœur jumelle, Hiba, et ce sont donc les deux jumelles survivantes les plus petites au monde à la naissance. (Hiba pesait 530g à la naissance).

Loyola, un centre spécialisé aux US : Parmi les 85 plus petits bébés des Etats-Unis, 3 sont nés et 5 autres ont été suivis à Loyola. Le Dr. Jonathan Muraskas, auteur principal de ce rapport, et ses collègues soulignent que des résultats positifs tels que ceux constatés avec Madeline et Rumaisa ne sont pas systématiques. Beaucoup de prématurés à très faible poids de naissance ne vont pas survivre ou vont grandir avec de graves handicaps permanents comme une paralysie cérébrale, un retard mental ou une cécité. Ils expliquent que malheureusement, on ne peut comparer tous les micro-prématurés à Madeline et Rumaisa sans « propager de fausses attentes pour les familles, les soignants et la communauté médicale", expliquent les médecins.

Madeline et Rumaisa avait plusieurs atouts : Leur sexe d'abord, car « les filles » ont tendance à faire mieux que les garçons. Ils avaient un âge gestationnel relativement long malgré leur poids de naissance. Et leurs mères avaient reçu des stéroïdes avant la naissance, ce qui a contribué à la maturité de leurs poumons et de leur cerveau.

Un développement satisfaisant de ces deux enfants : Au cours de leurs grossesses, les mères de Madeline et Rumaisa ont connu une pré-éclampsie (induite par l'hypertension artérielle durant la grossesse), d'où une diminution du débit sanguin dans le placenta, ce qui freine la croissance des bébés. Madeline est née à 26 semaines et 6 jours, et Rumaisa est née à 25 semaines et 6 jours. Dans des conditions normales, il aurait fallu au fœtus 18 semaines pour atteindre leur poids de naissance. Madeline a passé 122 jours en unité néonatale des soins intensifs et Rumaisa 142 jours. Elles ont toutes deux vécu leurs étapes de développement à l'âge approprié. Rumaisa, 7 ans est en primaire et Madeline, 22 ans est un étudiante d'honneur au Collège Augustana College de Rock Island, IL. Mais elles restent petites pour leur âge, précisent les auteurs.

3 facteurs à prendre en compte par les médecins : Les progrès dans les soins néonatals ont permis de parvenir à la réanimation et à la survie de nouveau-nés de plus en plus petits mais ces chercheurs suggèrent que 3 facteurs essentiels doivent être pris en compte pour déterminer le seuil de viabilité: l'âge gestationnel, le traitement par stéroïdes avant la naissance et le sexe féminin.

Car le Japon vient d'abaisser sa limite de viabilité à 22 semaines et le public semble fasciné par ces « micropreemies ». Cependant la grande prématurité implique des questions médicales et éthiques.

Source: Pediatrics published ahead of print December 12, 2011, doi:10.1542/peds.2010-0039 Long-term Follow-up of 2 Newborns With a Combined Birth Weight of 540 Grams (Visuel EFCNI)

Lire aussi: PRÉMATURITÉ et troubles du comportement: Quelques semaines trop tôt doublent le risque

Accéder aux dernières actualités sur la Prématurité

Autres actualités sur le même thème