Vous recherchez une actualité
Actualités

BISPHÉNOL A: L'exposition précoce augmente aussi le risque de cancer de la prostate

Actualité publiée il y a 6 années 3 mois 6 min
ENDO 2013

L'exposition au bisphénol A (BPA) durant la période de développement de la prostate est un facteur de risque de cancer, plus tard dans la vie, révèle cette étude de l’Université de l'Illinois à Chicago, menée sur l’animal, mais à partir de cellules de prostate humaine. Ces conclusions présentées à la Réunion annuelle de l’Endocrine Society de Chicago, suggèrent aussi que le BPA va reprogrammer des cellules souches à être plus sensibles aux œstrogènes, conduisant à une susceptibilité accrue à certaines maladies, dont le cancer.


De précédentes études de la même équipe sur des rats ont montré que l'exposition à des niveaux élevés d'œstrogène ou au BPA au cours du développement embryonnaire augmente le risque de cancer de la prostate plus tard dans la vie. Pour vérifier ce lien chez l'homme, le Dr Prins, professeur de physiologie à l'Université de l'Illinois et auteur principal, a développé un nouveau modèle animal qui utilise des cellules souches humaines implantées dans la prostate de l'animal. Pour imiter l'exposition au BPA pendant le développement précoce de la prostate, l'équipe a nourri la souris avec du BPA durant les 2 semaines suivant la greffe, à des doses comparable aux concentrations observées par de précédentes études, chez les femmes américaines enceintes. Les souris ont ensuite été exposées à des niveaux élevés d'estrogène pendant 2 à 4 mois, pour imiter l'augmentation liée à l'âge, des œstrogènes chez les hommes.

Les chercheurs observent des tumeurs dans le tissu prostatique chez un tiers des souris nourries au BPA vs 12%, chez les souris qui n'avaient pas reçu de BPA. Et lorsque des lignées de cellules souches sont exposées au BPA avant l'implantation, puis au cours du développement, 45% des souris montrent des signes de cancer.

Exposition au BPA et risque de cancer de la prostate : Cette étude apporte ainsi la première, la preuve que l'exposition au BPA, pendant le développement, et aux niveaux d'exposition humaine, augmente le risque de cancer de la prostate.L'augmentation du risque peut être localisée dans la tige de la prostate et dans les cellules progénitrices qui deviennent sensibilisées à l'effet œstrogène du BPA au cours du développement précoce de la prostate. Les cellules souches de la prostate transmettraient cette sensibilité accrue aux œstrogènes, aux tissus prostatiques et cette augmentation de la sensibilité à l'œstrogène rendrait plus probable le développement du cancer.

«Nous pensons que le BPA reprogramme des cellules souches à être plus sensibles aux œstrogènes, conduisant à une susceptibilité accrue long de la vie à certaines maladies dont le cancer», conclut l'auteur.

Autres actualités sur le même thème