Vous recherchez une actualité
Actualités

BOISSONS ÉNERGISANTES: Des allégations non fondées?

Actualité publiée il y a 7 années 8 mois 2 semaines
BMJ Open

Les boissons énergisantes n’auraient-elles donc aucun effet sur la performance ou la récupération après l’effort ? Ces chercheurs de l'Université d'Oxford, expliquent, dans l’édition Open du British Medical Journal, après un énorme travail de recherche et d’analyse, qu'ils n’ont trouvé aucune preuve scientifique soutenant les allégations de performance et de récupération avancées pour ces produits...

Alors que les consommateurs sont confrontés à un grand nombre de publicités qui promettent des performances accrues pour un large éventail de produits, dont les boissons, les suppléments, les vêtements et les chaussures, que le marché « du sport » est devenu une industrie de plusieurs milliards de dollars, les auteurs ont décidé d'analyser de manière systématique les allégations avancées pour un certain nombre de produits pour le sport et la qualité des preuves sur lesquelles ces allégations sont fondées. Parmi ces produits, les boissons énergisantes sur lesquelles, la recherche est considérée comme limitée. Parmi les allégations, la performance sportive (l'amélioration de la force, de la vitesse ou de l'endurance) ou une récupération facilitée ou une fatigue musculaire réduite.


Les auteurs ont identifié toutes les études, articles et publicités pour boissons pour sportifs (mais aussi pour suppléments oraux, chaussures, vêtements ou dispositifs) soit pour 104 produits au total, ont compilé les données de chaque page web correspondante (1.035 au total), ont cherché les références (146 au total), ont interrogé les fabricants sur leurs sources, analysé les études en texte intégral, évalué leurs méthodologies...Les informations apportées par les sites Web, n'apportent pas la moindre preuve scientifique et d'une manière générale, les auteurs jugent ces données peu fiables. 52,8% des pages web avec allégations de performance n'apportent pas de références. Après avoir passé en revue 74 études, 84% ont été jugées comme à risque élevé de biais, seules 3 sont jugées de grande qualité mais ne démontrent aucun effet bénéfique significatif des produits.

Cette analyse fait partie d'une offensive plus large sur l'industrie des boissons, entreprise conjointement par la BBC et le British Medical Journal. Les auteurs avancent ainsi des preuves convaincantes de conflits d'intérêt concernant certains médecins à l'origine de lignes directrices précisant combien, et quand, les athlètes devraient consommer ce type de boissons. 3 des 6 cliniciens chargés de l'élaboration des lignes directrices américaines (2007) sur l'hydratation et le sport sont ainsi mis à l'index pour liens financiers avec des fabricants de boissons énergisantes.

Boire à sa soif : Un expert indépendant, le professeur Tim Noakes, fait valoir qu'il existe une méthode très simple pour savoir quand on a besoin de boire et de s'hydrater : la soif. Il fait également remarquer, que le nombre de calories des boissons pour sportifs n'est peut-être pas l'idéal quand on essaie de perdre du poids par l'exercice. En synthèse, les chercheurs concluent à un manque flagrant de preuves pour appuyer les allégations de performance ou de récupération avancées pour la grande majorité des produits de sport, dont la plupart des boissons énergisantes et rappellent un principe de base, boire à sa soif.

Il y a quelques semaines seulement, en France, l'Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN) suite à 2 décès par crises cardiaques en lien avec des boissons énergisantes recommandait la prudence, avec ces boissons, dans l'attente de recommandations officielles.

Source: BMJ Open Published online July 18 2012 ; 2:e001702 doi:10.1136/bmjopen-2012-001702 The evidence underpinning sports performance products: a systematic assessment (Visuel © onepony - Fotolia.com)

Lire aussi sur les Boissons énergisantes

Autres actualités sur le même thème