Vous recherchez une actualité
Actualités

CRISE CARDIAQUE: L'angioplastie préventive réduit de 65% le risque de nouvelle crise

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 1 semaine
NEJM

Une nouvelle intervention cardiaque pourrait sauver des milliers de vies et réduire le risque de complications et de récidive après une crise cardiaque, suggèrent ces chercheurs britanniques dans le New England Journal of Medicine. Il s’agit « simplement » d’une intervention coronaire percutanée (ICP) préventive, consistant, en cas de crise cardiaque provoquée par une artère bloquée, d’insérer également, à titre préventif, un stent dans les autres artères rétrécies.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Alors que la procédure normale consiste à débloquer seulement l'artère à l'aide d'un stent, l'insertion des stents dans d'autres artères rétrécies réduit le risque de nouvelle crise cardiaque. Un risque réduit des deux tiers, constatent ici les auteurs, sur des patients victimes d'infarctus du myocarde avec « élévation du segment ST ».


Les chercheurs du Barts and the London School of Medicine and Dentistry ont mené une étude randomisée en simple aveugle pour tester cette intervention chirurgicale préventive chez 465 patients opérés après infarctus du myocarde et présentant au moins une autre artère coronaire rétrécie d'au moins 50 %. Les participants ont été répartis en un groupe « intervention sur l'artère bouchée » et un groupe « intervention sur l'artère bouchée et les artères rétrécies » (ICP préventive). Puis, après l'intervention les sujets ont été suivis durant 6 semaines, puis réévalués annuellement, durant 2 ans, y compris pour les facteurs de confusion possibles, comme le diabète par exemple.

· 74 cas de nouvelle crise cardiaque non fatale, de décès cardiaque ou d'angine de poitrine réfractaire ont été constatés durant les 2 années de suivi, dont,

· 21 cas dans le groupe ICP préventive

· 53 dans le groupe « intervention sur l'artère bouchée ».

· L'ICP préventive réduit le taux de crise non mortelle ou d'angine réfractaire de 23/100 personnes à 9/100 personnes soit une réduction du risque de 65% (RR : 0,35).

· Les taux de complications étaient identiques pour les 2 types d'intervention.

L'ICP préventive n'est pas toujours possible, précisent les auteurs, notamment en cas d'insuffisance de temps ou de situation d'urgence ou en cas de présence d'autres complications.

Les taux de complications liées à la chirurgie (accident vasculaire cérébral lié à la procédure, des saignements nécessitant une transfusion ou une intervention chirurgicale, et NIPC nécessitant une dialyse) étaient similaires dans les deux groupes. Mais l'ICP préventive sur d'autres artères coronaires rétrécies réduit le risque d'événements cardiovasculaires chez des patients victimes de crise cardiaque.

Source: New England Journal of Medicine September 1 2013 2013DOI: 10.1056/NEJMoa1305520 Randomized Trial of Preventive Angioplasty in Myocardial Infarction (Vignette NIH)

Accéder aux dernières actualités sur la Crise cardiaque (ou l'Infarctus du myocarde)

Autres actualités sur le même thème