Vous recherchez une actualité
Actualités

L'ALCOOL réduit le risque cardiaque, consommé avec modération bien sûr

Actualité publiée il y a 8 années 8 mois 3 semaines
British Medical Journal

C’est une méta-analyse portant sur plus d’1 million de participants et publiée dans l’édition du 22 février du British Medical Journal qui nous assure que «l'alcool consommé avec modération» peut aider à prévenir les maladies cardiaques. Un bénéfice non négligeable puisque cette analyse de 30 années de recherches conclut à une réduction estimée entre 14 à 25% de risque de maladies cardiaques chez des buveurs modérés et en comparaison de personnes qui ne boivent pas d'alcool.

Ce très sérieux examen de la littérature scientifique sur le sujet révèle que la consommation modérée d'alcool est bien associée à une réduction du risque de complications cardiovasculaires, telles que la crise cardiaque, les troubles cardiaques ou l'AVC. Toutefois, lorsque que l'on dépasse cette quantité d'alcool, qualifiée de modérée, l'association avec le risque d'événements cardiovasculaires devient plus complexe, avec une augmentation certaine du risque d'un accident vasculaire cérébral avec la consommation d'alcool. Donc les chercheurs rappellent qu'il ne s'agit pas de boire immodérément.


Ces chercheurs de l'Université de Calgary (Canada) rappellent également que la consommation d'alcool augmente le risque d'autres maladies ou événements, non évalués dans le cadre de cette analyse, telles que les blessures liées à l'alcool, les maladies du foie et certains cancers. Leur revue systématique et leur méta-analyse portait précisément sur l'effet de la consommation d'alcool sur le risque de maladies cardio-vasculaires ainsi que sur l'effet de la consommation d'alcool sur les marqueurs biologiques liés au risque de maladie coronarienne.

84 études qui portaient sur plus d'1 million d'adultes : Les chercheurs ont comparé des données de maladie cardiovasculaire, coronarienne, d'angine de poitrine, de procédure de revascularisation chirurgicale, d'AVC…chez des personnes qui déclarent avoir consommé de l'alcool et d'autres personnes qui ne boivent pas d'alcool, sur la base de 84 études qui portaient sur plus d'1 million d'adultes. Leur examen révèle, comparativement aux personnes qui ne boivent pas, les personnes qui boivent modérément de l'alcool présentent un risque moindre de décès par maladies cardio-vasculaires, de maladie coronarienne et d'événements ou de décès par maladie coronarienne.

Mais quelle quantité d'alcool ? La consommation d'un verre par jour (soit 2,5 à 14,9 grammes d'alcool), réduit le risque de complications cardiovasculaires de 14 à 25% par rapport à l'absence de consommation d'alcool. En revanche, boire plus de 60 grammes d'alcool par jour est associé à un risque accru d'avoir un accident vasculaire cérébral.

Pour les chercheurs, la consommation modérée d'alcool est bien associée à un risque réduit d'événements cardiovasculaires.