Vous recherchez une actualité
Actualités

L'OBESITÉ infantile définitivement associée à un style de vie et non à l'hérédité

Actualité publiée il y a 9 années 8 mois 4 jours
American Heart Journal

Ce programme menée par des chercheurs de l’Université du Michigan sur 13 établissements scolaires de l’Etat, montre que les enfants obèses mangent plus à l'école, regardent plus la télévision et font moins d'exercice que leurs copains de poids normal et ne laisse que très peu de responsabilité à l’hérédité, dans l’obésité infantile. Mais au-delà, la quasi-totalité des collégiens, en surpoids ou non, du moins aux Etats-Unis, ont une mauvaise hygiène de vie. Des conclusions publiées dans la dernière édition du fameux American Heart Journal.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ce « check-up » de 1.003 élèves de 6e année inclus dans un programme de santé scolaire conclut que les enfants qui sont obèses sont plus susceptibles de consommer plus à la cantine de l'école au lieu de déjeuner « léger » à la maison, de passer en moyenne 2 heures par jour à regarder la télévision ou à jouer à des jeux vidéo.


«Pour l'enfant en surpoids extrême, le dépistage génétique peut être envisagé», explique l'auteur principal de l'étude le Dr. A. Kim Eagle, cardiologue et directeur du Centre cardiovasculaire de l'université. "Mais pour les autres cas, l'augmentation de l'activité physique, la réduction du temps passé sur écran et l'amélioration de l'équilibre nutritionnel des repas scolaires sont des mesures beaucoup plus prometteuses pour inverser les tendances actuelles à l'obésité chez les enfants."

Une restauration scolaire peu équilibrée : Le programme de lutte contre l'obésité aux Etats-Unis prévoit avec la Loi Hunger-Free Kids Act de 2010 de créer des menus plus sains à l'école pour les 31 millions d'enfants qui déjeunent en cantines scolaires. Cette loi vise à améliorer la nutrition en réduisant le sel, la graisse et le sucre en restauration scolaire et à freiner l'augmentation de l'obésité infantile, dont la prévalence a été multipliée par 3 aux États-Unis au cours des 30 dernières années, pour atteindre près de 20% en 2008.

58% des enfants obèses sont sur écran en moyenne 2 heures par jour, comparativement à 41% des enfants de poids normal. 45% des enfants obèses déjeunent en restauration scolaire, ce n'est le cas que de 34% des autres enfants. « Significativement » moins d'enfants obèses pratiquent une activité physique régulière, prennent des cours d'éducation physique, ou sont membres d'une équipe ou d'un club de sport. Des résultats qui suggèrent que le style de vie pèse plus lourd dans l'obésité infantile que la génétique.

Des habitudes de vie à revoir pour la majorité des collégiens : Si dans cette étude, 15% des élèves s'avèrent obèses, presque tous, qu'ils soient en surpoids ou non, déclarent des habitudes de vie malsaines. Plus de 30% consomment régulièrement des boissons gazeuses et moins de la moitié déclarent avoir consommé deux portions de fruits et légumes au cours des 24 dernières heures. Seulement un tiers d'entre eux ont exercé une activité physique de 30 minutes durant la semaine précédente. Les enfants impliqués dans cette étude reçoivent aujourd'hui des conseils sur des modes de vie sains, dans l'espoir de réduire leur risque ultérieur de maladie cardiovasculaire et de diabète. 13 écoles secondaires du Michigan sont aujourd'hui concernées par ce programme qui suit le taux de cholestérol et l'hypertension artérielle des participants.

De nouvelles données ont également émergé de l'étude, montrant qu'une déficience en leptine ou une mutation génétique dans cette « hormone de la faim », peut amener certains enfants à trop manger.