Vous recherchez une actualité
Actualités

NEURO: Le cerveau reconnaît mieux la chanson quand il l'a jouée

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 1 semaine
Cerebral Cortex

Jouer soi-même une mélodie plutôt que de juste l’écouter va consolider sa mémorisation. Le cerveau reconnaîtra mieux ensuite la chanson. Cette expérience menée sur fond de musique, avec l’aide de 20 pianistes confirmés, trouve ses implications dans de nombreux domaines. Pratiquer plutôt qu’écouter ou observer permet de mieux apprendre. Ces conclusions, publiées dans la revue Cerebral Cortex, viennent démontrer l’importance des acquis de l’expérience.


Les chercheurs canadiens, en collaboration avec une équipe française (CNRS, INSERM, Université de Lyon 1), ont recruté 20 pianistes français, expérimentés. Les pianistes participants ont dû apprendre des mélodies simples, soit en les entendant soit en les jouant plusieurs fois. Ensuite, alors que les musiciens participants devaient écouter toutes les mélodies apprises -dont certaines contenaient de fausses notes-, leur activité cérébrale était mesurée par EEG.

La recherche révèle que le circuit moteur du cerveau contribue à mieux mémoriser et à mieux reconnaître les musiques ou chansons jouées que celles seulement entendues. Dans le cas de la musique, l'apprentissage moteur semble améliorer ou du moins préserver la mémoire et son rappel.

« Faire » ou l'effet « production » : Faire plutôt qu'écouter ou regarder entraîne ce que les auteurs appellent «l'effet production » de la mémoire. Le professeur Carline Palmer, chercheur en neurosciences cognitives et auteur principal de l'étude, pose la question, déjà débattue de l'explication de cet effet « prodution » : Est-ce le souvenir des gestes effectués ou ici des touches actionnées ou encore des sensations éprouvées au cours du jeu qui consolident ainsi la mémoire ? Ou est-ce simplement des souvenirs auditifs renforcés pour avoir dû les jouer. Son étude apporte une réponse, celle de l'implication du circuit moteur dans une meilleure reconnaissance de la mélodie.

Le cortex moteur s'active aussi en cas de fausse note : A l'EEG, l'équipe observe également des changements plus importants dans les ondes cérébrales et, en cas de fausses notes, une augmentation de l'activité du cortex moteur plus importante pour les mélodies jouées que pour les mélodies entendues. Les souvenirs de la mémoire du système moteur peuvent donc interagir avec les données auditives, -et dans les 200 millisecondes qui suivent la fausse note-.

Ces résultats forment donc un plaidoyer pour l'apprentissage par la pratique et entrainent des implications pédagogiques et cliniques évidentes, avec le développement de stratégies d'amélioration de la mémoire et, plus généralement, d'apprentissage.

Source: Cerebral Cortex March 12, 2014 doi: 10.1093/cercor/bhu030 Sensorimotor Learning Enhances Expectations During Auditory Perception (Visuel@ Caroline Palmer/Brian Mathias -McGill University)

Lire aussi: ANHÉDONIE: Pourquoi certains n'aiment pas la musique -

Autres actualités sur le même thème

Pages