Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉCARITÉ: Les jeunes, ces nouveaux pauvres. Intolérable.

Actualité publiée il y a 9 années 2 mois 2 semaines
Secours Catholique

Ils subissent de plein fouet la crise économique et sociale. Plus diplômés, plus qualifiés que les générations précédentes mais paradoxalement plus précaires, ils cumulent tous les risques et toutes les difficultés. Leurs droits à la formation, à l’emploi, à la santé et au logement sont bafoués. Ce sont nos jeunes.

Conclusions de ce rapport « Jeunes, une génération précaire » du Secours Catholique: 30% des jeunes accueillis par l'organisation sont sans aucune ressource, 36% en logement précaire, et plus de 40% sont au chômage.


Espérons que ce rapport statistique annuel sur l'évolution de la pauvreté en France, publié par le Secours Catholique « bougera » un peu les Autorités. Car, au-delà de la montée en puissance de la pauvreté –avec, en 2010, un nombre de personnes aidées par le Secours Catholique de près d'1,5 millions de citoyens- l'analyse centrée sur la jeunesse laisse entrevoir, la classe d'âge la plus pauvre de France, délaissée par l'Etat et la société, les 18 - 25 ans.

Majorité de familles avec enfants (52,7% des situations rencontrées), hausse de la demande alimentaire, impossibilité de payer les factures de première nécessité (loyer, énergie, transport, frais de scolarité des enfants,…), la pauvreté à moins de 500 € de revenus mensuels par personne, sont devenues les situations classiques rencontrées par le Secours Catholique. Les jeunes mères bénéficiaires du RSA, avec un ou plusieurs enfants, représentent ainsi 22 % des personnes rencontrées.

Ce qui fait mal au moment de la publication de ce second plan de rigueur qui écorne les allocations familiales et l'Aide personnalisée au logement, c'est la situation de nos jeunes « encore plus victimes que les autres de la pauvreté ». Pauvreté des jeunes et de celle de leurs familles, retard forcé de l'indépendance en raison de la crise de l'emploi, cette pauvreté pèse autant sur les jeunes qui à 42% voudraient trouver cet emploi que sur leur famille qui voit le niveau de vie du foyer diminuer ainsi de 25 à 33%.

Les jeunes rencontrés par le Secours Catholique vivent très souvent dans des substituts de logement (36,1 %) squats, foyers et ont peu accès au parc social, s'ils ont un niveau de formation sensiblement plus élevé (13,7 % ont fait des études supérieures), ils rencontrent le chômage (40,2%) ou la précarité de l'emploi. 25,3 % sont à découvert à la banque et 30,5 % sont sans ressources. 17% sont en grande précarité, ils sont étrangers, en provenance d'Europe de l'Est et d'Afrique subsaharienne mais aussi français, sans famille ou en rupture familiale.

Alors, qu'est-ce qui va bien pour les jeunes ? Pas grand-chose (voir tableau ci-contre), du moins c'est ce que la jeunesse ressent aujourd'hui avec un taux maximal de satisfaction de 17% d'entre eux sur l'item "Etudes" et 16% sur la "Santé". Alors que le manque d'argent, les dettes et l'absence d'emploi vont préoccuper respectivement 27,9 et 19,4% d'entre eux.

A la lecture de ces données intolérables, on ne peut qu'avoir envie d'encourager la jeunesse, d'aider les jeunes autour de soi et leur demander d'essayer de…garder la foi en leur avenir et notre société.

Autres actualités sur le même thème