Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAGISME: La fumée de cigarette fortifie les superbactéries

Actualité publiée il y a 5 années 4 mois 1 semaine
Infection and Immunity

Ces travaux de Université de Californie - San Diego, menés sur des cellules et la souris, démontrent sans détour que la fumée de cigarette aide les bactéries résistantes aux médicaments à échapper encore plus au système immunitaire. En particulier, le fameux Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM). Les conclusions, présentées dans la revue Infection and Immunity nous expliquent comment, en cas d’infection bactérienne, le tabagisme va, sans aucun doute, « aggraver les choses ».

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

«Nous savions déjà que fumer des cigarettes nuit cellules respiratoires et immunitaires humaines, nous montrons que la fumée peut encourager l'action des bactéries invasives et les rendre encore plus agressives ». Une résistance accrue de Staphylococcus aureus aux antibiotiques peut entraîner une pneumonie, une infection du site opératoire ou du sang et mettre la vie en danger. Ainsi, en cas d'infection bactérienne, quelques cigarettes de trop vont faire la différence. Ces chercheurs de l'Université de Californie, San Diego démontrent ici comment la fumée de cigarette contribue à accroître la résistance bactérienne et donc à accroître le risque de complications sévères pour le patient.


Le Dr Laura E. Crotty Alexander, pneumologue, professeur de médecine à l'UC San Diego, auteur principal de l'étude voit, dans son exercice quotidien de nombreux patients qui fument et aussi, de nombreuses infections à SARM. Son étude a donc cherché à évaluer le lien entre tabagisme et infection bactérienne. Pour tester l'hypothèse, son équipe a travaillé sur les macrophages, ces cellules immunitaires qui « engloutissent » les agents pathogènes, comme le SARM. Certaines des bactéries ont été cultivées normalement et d'autres avec de l'extrait de fumée de cigarette. L'étude montre que les macrophages exposés ont bien plus de difficulté à éliminer le SARM.

SARM est plus résistant : Lorsque les chercheurs évaluent la sensibilité des bactéries aux mécanismes précis utilisés par les macrophages pour les combattre, ils constatent une résistance supérieure du SARM, une fois à l'intérieur des macrophages lorsque ceux-ci ont été exposés : La résistance est identifiée en particulier vis-à-vis des espèces réactives de l'oxygène et des peptides antimicrobiens, de petits morceaux de protéines utilisés par le système immunitaire pour percer les enveloppes des cellules bactériennes. Ces effets sont de plus dose-dépendants, ce qui signifie que plus l'exposition des macrophages est élevée, moins ils sont en capacité d'éliminer SARM.

SARM est plus fort : SARM lui-même exposé à la fumée se fixe et envahit plus facilement les cellules humaines cultivées en laboratoire. Ainsi, chez la souris, le SARM exposé survit plus longtemps, entraîne plus largement la pneumonie, et avec un taux de mortalité plus élevé.

Ainsi, la fumée de cigarette renforce l'agressivité de l'attaque bactérienne, de multiples façons, ce qui vient expliquer la plus forte sensibilité des fumeurs aux maladies infectieuses.

Source: Infection and Immunity 30 March 2015, doi: 10.1128/IAI.00303-15 Analysis of the Effects of Cigarette Smoke on Staphylococcal Virulence Phenotypes (Visuels CDC)

Plus d'études sur SARM

Autres actualités sur le même thème