Vous recherchez une actualité
Actualités

Un nouveau type de STAPHYLOCOQUE DORÉ identifié chez des vaches laitières

Actualité publiée il y a 9 années 2 mois 1 semaine
The Lancet Infectious Diseases

Ce nouveau staphylocoque doré - ou SARM ou Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM)*- se propagerait des animaux aux humains et pourrait causer une maladie mortelle, selon ces scientifiques britanniques, qui publient leurs conclusions dans l’édition en ligne du 3 juin du Lancet Infectious Diseases. L’ennuyeux avec ce nouveau SARM, c’est que les tests moléculaires peuvent ne pas parvenir à l’identifier et que les vaches laitières pourraient constituer un réservoir de la bactérie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Le SARM est habituellement détecté en utilisant une technique appelée test de sensibilité aux antibiotiques (antibiogramme), les cas limites de SARM étant confirmés par des tests moléculaires (par PCR) qui vont détecter un gène typique de cette résistance. Ce “staphylocoque doré” résistant est responsable de près de 20 000 décès tous les ans aux Etats-unis et de 25.000 en Europe. C'est l'une des principales bactéries résistantes qui entrainent 2,5 millions de jours d'hospitalisation et un coût de santé d'1,5 milliard d'euros chaque année. Cette bactérie est un peu le symbole du développement de résistances aux traitements antibiotiques.


Ce type de SARM “échappe” aux tests moléculaires: Cette étude a porté sur des souches de SARM identifiées sur des bovins et les humains pour voir si elles possédaient de nouvelles propriétés génétiques qui pourraient affecter la fiabilité des tests. L'étude a révélé un nouveau type de gène dans la plupart des échantillons de bovins. Ce gène rend les bactéries résistantes à toute une série d'antibiotiques. Bien que les bactéries porteuses de ce gène aient été identifiées par (antibiogrammes, les tests moléculaires n'ont pas reconnu le gène et n'ont pas pu identifier ces bactéries comme SARM. Ainsi, si le test moléculaire était utiliser pour identifier la bactérie, il pourrait ne pas l'identifier.

Un nouveau gène mecA (appelé mecALGA251) a été découvert dans 15 des 24 isolats de Staphylococcus aureus chez ces bovins laitiers d'Angleterre. Ces isolats présentaient 3 différentes souches de SARM. Le nouveau gène mecALGA251 a été identifié dans 12 des 16 isolats provenant d'échantillons humains d'Ecosse, 15 des 26 isolats provenant d'échantillons humains d'Angleterre, et 24 des 32 isolats provenant d'échantillons humains en provenance du Danemark. Les tests de sensibilité aux antibiotiques ont confirmé que ces isolats étaient résistants à un large éventail d'antibiotiques, cependant, les tests PCR ont donné des résultats négatifs pour la protéine du gène mecA.

Les vaches laitières, possible réservoir de l'infection: Selon les chercheurs, seule une petite proportion de bactéries SARM possèdent ce gène. Toutefois, comme il a été détecté dans des SARM provenant de vaches laitières, ces animaux pourraient constituer un réservoir de l'infection. Ils avertissent que des liens étroits avec les fermes ou contact avec des bovins laitiers pourrait augmenter le risque d'infection à SARM est transmis à l'homme. Des études complémentaires sont nécessaires pour informer les tests pour le diagnostic de SARM.

Les experts soulignent que le principal souci est que ces bactéries puissent coloniser les personnes qui travaillent dans les fermes et que les techniques de tests moléculaires utilisés pour détecter ou confirmer la présence de SARM ne puissent pas identifier correctement le nouveau type de bactérie SARM. Ils travaillent donc à l'intégration, dans les tests, de ces nouvelles données.

* ou Methicillin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA)