Vous recherchez une actualité
Actualités

Un STAPHYLOCOQUE DORÉ d'origine communautaire hautement pathogène

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 2 semaines
Journal of Infectious Diseases

Bien plus infectieux mais moins résistant aux antibiotiques et à faible risque de transmission…Cette étude internationale de laboratoire sur les différentes souches existantes du fameux Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (ou SARM) suggère l’existence –et non l’émergence- d’une forme hautement pathogène de la bactérie, « qui s’attrape » rarement mais toujours en milieu communautaire. Moins confrontée aux antibiotiques qu’en milieu hospitalier, cette nouvelle forme d’origine communautaire serait moins résistante aux antibiotiques mais bien plus infectieuse et dangereuse que son homologue d'origine hospitalière. Des conclusions publiées dans l'édition du 1er février du Journal of Infectious Diseases.

Cette étude en laboratoire a analysé des cas d'infections au Staphylococcus aureus résistant à la méticilline dit SARM (ou Methicillin-resistant Staphylococcus aureus –MRSA). Si la bactérie présente en général une virulence réduite, c'est-à-dire une faible capacité d'infection des personnes en bonne santé, l'étude révèle son niveau général élevé de résistance aux antibiotiques mais surtout un nouveau type de SARM, d'origine communautaire beaucoup plus virulent.


Cette étude, menée dans les laboratoires de l'Université de Bath et de Nottingham (UK), de l'University College Dublin, du A & M Health Science Centre et de l'Université du Texas cherchait à déterminer, au départ, pourquoi cette bactérie infecte rarement les individus en bonne santé et pourquoi sa transmission s'effectue la plupart du temps à l'hôpital. Les chercheurs ont donc d'abord réétudié la nature de la bactérie et expliquent qu'elle tient sa résistance d'un morceau d'ADN appelé un élément génétique mobile (EGM).

Des SARM acquis en collectivités différents des SARM acquis à l'hôpital : Au cours de leur étude, les chercheurs se sont rendus compte que les SARM acquis à l'hôpital possédaient tous des groupes de caractéristiques génétiques (appelées SCCmec) qui décident de leurs propriétés, de types SCCmec I, II et III, alors que d'autres SARM, acquises en collectivités comportent ces éléments génétiques clés, de types IV et V. Ces caractéristiques génétiques comportent toutes un gène (mecA) qui code pour une protéine appelée PLP2a, située et constitutive de la membrane cellulaire des bactéries. Beaucoup d'antibiotiques agissent en inactivant PLP, entraînant ainsi la mort des bactéries. Cependant, PLP2a, est moins sensible à cette action des antibiotiques, ce qui explique la résistance du SARM.

Les chercheurs constatent,

· qu'en supprimant le gène mecA, la bactérie SARM devient encore plus toxique et plus virulente sur un modèle murin, entraînant l'amaigrissement puis la mort des souris.

· qu'en comparé des souches de SARM avec différents éléments génétiques SCCmec, typiques de l'infection nosocomiale ou de l'infection communautaire, que les souches « communautaires » sont bien plus résistantes à l'antibiotique que les souches « hospitalières ». sont plus toxiques pour le système immunitaire et expriment moins de protéine PLP2a.

Entre virulence et résistance, il faut choisir…En devenant de plus en plus résistante face aux antibiotiques, la SARM acquise à l'hôpital s'est altérée elle-même dans sa virulence ou capacité d'infection, d'où son incapacité à provoquer des infections en milieux communautaires, où l'utilisation des antibiotiques et la prévalence des patients sensibles sont faibles. Cette SARM-là a fait un compromis, et a préféré sacrifier sa virulence pour augmenter sa résistance. En revanche, les SARM contractées en milieu communautaire expriment moins de protéine de résistance aux antibiotiques, car sont moins confrontés à ces antibiotiques mais sont restés bien plus virulents.

Source: Journal of Infectious Diseases doi: 10.1093/infdis/jir845 First published online: February 1, 2012 Methicillin Resistance Reduces the Virulence of Healthcare-Associated Methicillin-Resistant Staphylococcus aureus by Interfering With the agr Quorum Sensing System (Visuels CDC)

Accéder aux actualités sur le thème de l'Antibiorésistance

Autres actualités sur le même thème

Pages