Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER: La vitamine B pour préserver la matière grise du cerveau

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 3 semaines
PNAS

Une dose quotidienne de vitamine B pourrait-elle réduire la perte de tissu cérébral chez les personnes ayant une déficience cognitive légère et prévenir ainsi le risque de maladie d'Alzheimer ? Cette étude internationale montre clairement que la perte de matière grise dans certaines régions du cerveau peut être réduite avec une supplémentation en vitamine B mais il reste à démontrer que cet effet va bien réduire le risque de développement de la maladie d'Alzheimer. Les conclusions sont publiées dans l’édition du 20 mai des Actes de l’Académie des Sciences américaine.

Les chercheurs des Universités d'Oxford, de Warwick et d'Oslo se sont intéressés aux effets des vitamines B sur la matière grise, présente dans les régions du cerveau associées aux fonctions cognitives supérieures, comme la mémoire et le raisonnement. Car chez les personnes atteintes de maladie d'Alzheimer, certaines zones de matière grise se réduisent, contribuant aux symptômes de la maladie. N.B. Ces chercheurs détiennent des brevets sur l'utilisation de la vitamine B pour traiter la maladie d'Alzheimer ou la déficience cognitive légère et pourraient donc bénéficier financièrement d'une autorisation de la vitamine B pour cette indication.


Leur étude randomisée et contrôlée est basée sur une analyse secondaire de données recueillies auprès de 156 volontaires âgés, atteints de troubles de la mémoire, lors d'une étude précédente qui constatait déjà que les vitamines B réduisent le rétrécissement du volume du cerveau. Certains des participants ont reçu une supplémentation en vitamine B (0.8mg/jour d'acide folique, 0.5mg/jour de vitamine B6 et 20mg/jour de vitamine B12), les participants témoins ont reçu un placebo pendant 24 mois. Des images IRM du cerveau des participants ont été prises au début et à la fin de l'étude.

Des volumes de matière grise préservés avec la vitamine B : Les chercheurs constatent qu'alors que les volumes de matière grise étaient similaires au début de l'étude dans les deux groupes, que ces zones de matière grise ont rétréci dans les deux groupes, les participants sous vitamines B présentent rétrécissement significativement moindre de certaines zones de matière grise que les témoins sous placebo. Cette réduction significative est tout particulièrement observée dans les régions les plus touchées par la maladie d'Alzheimer (Voir visuel ci-contre).

Alors que de précédentes études avaient remarqué que les niveaux d'un acide aminé, l'homocystéine, peuvent jouer un rôle dans la déficience cognitive, ici, les chercheurs montrent que la vitamine B est particulièrement efficace chez les participants ayant des niveaux élevés d'homocystéine -qui ont un volume du cerveau plus réduit et qui suit une réduction plus rapide-.

La vitamine B pourrait bénéficier au bon fonctionnement neuropsychologique : Alors que les scores des participants sur une variété de tests neuropsychologiques sont corrélés à la perte de matière grise dans certaines régions du cerveau, les chercheurs suggèrent qu'une supplémentation en vitamine B diminuant le taux de perte de matière grise pourrait bénéficier au fonctionnement neuropsychologique. Mais ils ne vont pas jusqu'à démontrer la relation entre vitamine B et risque d'Alzheimer.

Autres actualités sur le même thème

Pages