Vous recherchez une actualité
Actualités

BISPHÉNOL A: Il déminéralise l'émail des dents des enfants

Actualité publiée il y a 6 années 3 mois 1 semaine
American Journal of Pathology

Le bisphénol A (BPA) soupçonné d’être à l’origine d’une pathologie dentaire fréquente chez les enfants de 6 à 8 ans, une déminéralisation de l’émail entraînant une hypersensibilité à la douleur et une vulnérabilité aux caries ? Les mêmes altérations sont constatées par une équipe de l’Inserm sur des incisives de rats traités avec de faibles doses journalières de BPA. Ces conclusions publiées dans l’American Journal of Pathology suggèrent que la dent pourrait être un marqueur précoce et apparent de l'exposition aux perturbateurs endocriniens.

Si le BPA est aujourd'hui interdit de biberons, il restera largement présent, jusqu'en juillet 2015 dans de nombreux contenants alimentaires, comme les canettes ou les boîtes de conserves ou encore dans le papier des tickets de caisse. De précédentes études ont largement montré la présence de BPA dans le sang, les urines, le liquide amniotique et le placenta humains.


Les chercheurs de l'Université Paris-Diderot et de l'Inserm ont analysé ces altérations et identifient de nombreuses caractéristiques communes avec une pathologie de l'émail des dents, appelée MIH (Molar Incisor Hypomineralization) qui affecte les premières molaires et incisives permanentes chez environ 18% des enfants de 6 à 8 ans. Une tranche d'âge qui correspond à celle où l'individu est le plus sensible aux effets du BPA.

Au 30è jour, l'émail exposé au BPA présente une hypo-minéralisation similaire à la MIH humaine : Dans cette étude, les chercheurs montrent que les incisives de rats traités avec de faibles doses journalières (5 microgrammes/kg/jour) de BPA peuvent se trouver altérées durant la fenêtre post-natale de sensibilité à l'exposition au BPA. Des taches apparaissent, l'émail se fragilise et se fracture. L'analyse révèle également une baisse de densité minérale qui explique cette fragilité. Car l'émail est composé à 96 % de matière minérale, responsable non seulement de sa force, mais aussi de sa friabilité. Dans l'étude, cet effet d'hypo-minéralisation apparaît lié à la dysfonction de 2 gènes clés de l'émail dentaire après exposition au BPA. Les chercheurs suggèrent donc que les mêmes effets, chez l'Homme, pourrait expliquer le MIH.

La dent marqueur précoce d'exposition aux perturbateurs endocriniens : C'est donc la première étude à présenter le BPA comme facteur possible de MIH. Et comme ces altérations de l'émail humain sont irréversibles, la dent, atteinte par la MIH pourrait être considérée comme un marqueur facilement accessible pour signaler une exposition précoce aux perturbateurs endocriniens.

Source: Communiqué Inserm et American Journal of Pathology doi.org/10.1016/j.ajpath.2013.04.004 online 10 June 2013 Enamel Defects Reflect Perinatal Exposure to Bisphenol A (Visuel© tan4ikk - Fotolia.com)

Accéder aux dernières actualités sur le BPA

Autres actualités sur le même thème