Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE: 5 signatures génétiques identifiées pour des traitements ciblés

Actualité publiée il y a 4 années 1 mois 2 semaines
EBioMedicine

Alors que le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes, l’identification de ces signatures génétiques distinctes menant à 5 sous-types différents de cancer, pourrait conduire à des diagnostics et des traitements ciblés, comme cela est déjà le cas avec certains types de cancer du sein. Ces nouvelles données, présentées dans EBioMedicine, apportent des "iClusters" qui permettront d’opter, dans un futur proche, pour le meilleur traitement pour chaque homme atteint de ce cancer.

Les chercheurs de l'Université de Cambridge en collaboration avec d'autres instituts de recherche en Suède, Norvège et Irlande ont analysé l'ADN des cellules cancéreuses de la prostate prélevées chez 259 hommes. 5 sous-groupes de cancer de la prostate, appelés «iClusters » et définis par les caractéristiques génétiques de la tumeur ont ainsi été identifiés.


100 gènes impliqués: Au total, les chercheurs ont étudié 482 échantillons de tumeurs des 259 participants, ont comparé leurs données à celles de 156 hommes issues d'une base de données Cambridge. Puis pour valider leurs clusters ont répété l'exercice sur des échantillons de 103 hommes provenant d'une base suédoise. Les gènes de discrimination identifiés comprennent 6 gènes déjà documentés comme impliqués dans le cancer de la prostate (MAP3K7, Melk, RCBTB2, ELAC2, TPD52, ZBTB4) et 94 « nouveaux gènes » jusque-là non corrélés à la maladie. Ces 100 gènes pourraient permettre, écrivent les auteurs, de fournir une signature bien plus « performante » que les méthodes de diagnostic et pronostic actuelles dont le test PSA et le score de Gleason et les signatures génétiques jusque-là proposées.

L'étude apporte ainsi un nouvel outil précieux en regard de l'imprécision du test PSA qui, responsable de faux-positifs entraîne des sur-diagnostics, sur-biopsies et sur-traitements et finalement, à des complications impactant fortement la qualité de vie tels que l'incontinence urinaire et l'impuissance. 5 profils génétiques donc, pour une future application en routine clinique de détection précoce des formes agressives de cancer de la prostate et de décision thérapeutique.

Source: EBioMedicine July 30 2015 10.1016/j.ebiom.2015.07.017 Integration of copy number and transcriptomics provides risk stratification in prostate cancer: A discovery and validation cohort study

Plus de 50 études sur le Cancer de la Prostate

Lire aussi : CANCER de la PROSTATE: Les dangers du test PSA -

Autres actualités sur le même thème