Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE: Découverte d'une protéine responsable de sa propagation

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 3 semaines
Cancer Cell

ADN PKcs, c’est le nom complexe de ces petites molécules issues d’une protéine, la DNA-dependent protein kinase (DNA-PK)mises en accusation par ces scientifiques de plusieurs prestigieuses universités américaines. Car ces molécules d'ADN PKcs contribuent à propager le cancer. L’implication est évidente, cibler ces ADN PKcs pourrait empêcher les cellules cancéreuses de se diffuser vers d'autres parties du corps et donc empêcher la tumeur de métastaser. Conclusions dans la revue Cancer Cell.

Les scientifiques de la Thomas Jefferson University, de la Cleveland Clinic, de la Mayo Clinic, des Universités du Michigan, de Californie (UCLA), de la Columbia et de GenomeDx Biosciences, une biotech spécialisée dans le développement de traitements du cancer de la prostate, ont peut-être, avec cette découverte, trouvé le moyen de prévenir la propagation du cancer à partir du site de la tumeur d'origine.


L'étude a porté à la fois sur l'animal et des biopsies de plus de 200 patients atteints de cancer de la prostate.

- Les chercheurs montrent d'abord, sur la souris, modèle de cancer de la prostate, et dont les tumeurs étaient surveillées par imagerie en temps réel, qu'un inhibiteur d'ADN-PKcs réduit la propagation du cancer vs des souris témoins non traitées. Lorsqu'on stoppe le traitement inhibiteur chez certaines des souris, la propagation du cancer reprend.

- Ensuite, les chercheurs constatent, chez les 232 patients participants atteints de cancer de la prostate, que plus les niveaux d'ADN-PKcs sont élevés, plus le risque (ou le stade) de progression du cancer est avancé.

En conclusion,

- ADN PKcs est confirmée comme une protéine qui induit la progression du cancer de la prostate et sa propagation.

- Des niveaux plus élevés d'ADN PKcs dans une biopsie de cancer de la prostate sont un facteur prédictif indépendant du risque de métastase, de récurrence et de mauvais pronostic (faible survie).
- Enfin, inhiber ADN PKcs apparaît comme une nouvelle piste thérapeutique prometteuse. Il reste néanmoins encore à démontrer qu'un inhibiteur de l'ADN-PKcs aurait le même résultat chez l'homme.

Source: Cancer Cell July 13 2015 DOI: 10.1016/j.ccell.2015.06.004 DNA-PKcs-Mediated Transcriptional Regulation Drives Prostate Cancer Progression and Metastasis

Plus de 50 études sur le Cancer de la Prostate

Autres actualités sur le même thème