Vous recherchez une actualité
Actualités

COMA: Quand 2 zones du cerveau déconnectent

Actualité publiée il y a 4 années 2 jours 2 heures
Inserm et Neurology

Cet indicateur pour prédire la sortie du coma est « dans le cerveau ». Il s’agit de la qualité de la communication entre 2 zones cérébrales dont l’interaction est nécessaire à l’état de conscience. Les chercheurs de l’Inserm viennent de constater, via IRM, que ce facteur peut contribuer à prédire la récupération du patient à 3 mois. Cette découverte, présentée dans la revue Neurology va contribuer à préciser le pronostic et donc à ajuster le traitement de patients dans le coma.

Les chercheurs de l'Inserm, Université de Toulouse et du CHU de Toulouse, identifient ici via l'analyse IRM du cerveau de 27 patients dans le coma, au repos et de témoins sains du même âge, les anomalies cérébrales responsables de la perte de la conscience observée pendant l'état de coma. Ils constatent, en particulier que 2 zones du cerveau ne communiquent plus ensemble. Il s'agit du Cortex Postéro-Médian (CPM : en bleu sur visuel ci-contre), une zone moins active en cas d'anesthésie ou de sommeil, et du cortex cingulaire postérieur, la partie antérieure du cerveau (Cortex Frontal Médian, CFM : en jaune).


Cette perte de communication est présente quel que soit la cause du coma, un traumatisme crânien ou un arrêt cardiaque récupéré, ce qui suggère le rôle majeur de l'interaction entre ces deux zones dans l'émergence de la conscience. En évaluant le niveau d'altération de cette interaction au fil du temps, les chercheurs de l'Inserm montrent que son degré d'atteinte est étroitement corrélé au niveau de récupération des patients. Ainsi, « les patients qui vont récupérer un état de conscience présentent des niveaux de connexions comparables à ceux observés chez les sujets sains. A l'opposé, une diminution de la communication entre les deux zones prédit une évolution défavorable vers un état végétatif ou un état de conscience minimale » expliquent Stein Silva et Patrice Péran, dans le communiqué de l'Inserm.

Cet indicateur, récupérable par IRM, va contribuer à déterminer si le patient pourra à terme récupérer un état de conscience normal ou gardera des séquelles neurologiques lourdes voire restera dans un état végétatif. Un indicateur précieux pour les médecins car il pourra permettre l'adaptation des traitements du patient dans le coma.

Autres actualités sur le même thème