Vous recherchez une actualité
Actualités

Le SEXE en groupe chez les ADOS, une tendance préoccupante de santé publique

Actualité publiée il y a 9 années 6 mois 1 jour
Urban Health

Une adolescente sur 13, âgée de 14 à 20 ans, déclare avoir déjà eu une expérience sexuelle de groupe, selon cette étude publiée dans le Bulletin de la New York Academy of Medicine, « Urban Health ». Parmi ces jeunes femmes, une sur deux a vécu cette expérience dite « multi-person sex » sous la contrainte et l’âge moyen de la première expérience est de moins de 16 ans…

Emily Rothman, professeur agrégé de sciences de santé communautaire à l'Ecole de Santé de l'Université de Boston de la Santé (BUSPH) a interviewé 328 femmes sur leurs rapports sexuels avec des partenaires multiples, soit consensuels ou forcés. Les auteurs appellent ce type de relations « multi-person sex » ou MPS, en expliquant qu'il s'agit de tout type d'expérience sexuelle en groupe allant de la relation sexuelle souhaitée au viol collectif.


7,3% des participantes déclarent ce type d'expérience MPS dont plus de la moitié sous la contrainte. 45% déclarent dans cette situation l'absence d'utilisation du préservatif par les participants masculins au cours de l'expérience la plus récente. Ces participantes ou victimes s'avèrent plus susceptibles de fumer, d'avoir été déjà victimes de violences ou d'abus sexuels dans l'Enfance, ou d'avoir déjà été diagnostiquées avec une maladie sexuellement transmissible (IST), selon l'étude.

Des adolescentes «liquored up » ou droguées par leurs partenaires sexuels: L'âge moyen de la première expérience de MPS est de 15,6 ans, heureusement la majorité d'entre elles signalent que « c'était une expérience unique ». 54% de ces jeunes filles étaient mineures…Les auteurs ajoutent qu'une jeune femme sur 5 avec ce type d'expérience MPS, a eu plusieurs expériences. Un tiers des participantes ou victimes étaient sous l'emprise de l'alcool ou des drogues lors leur plus récente expérience, et pour 50% d'entre elles, là encore sous la contrainte.

Les MPS constituent un risque potentiel pour la santé sexuelle et reproductive, rappellent les auteurs, puisque seulement 55% déclarent l'utilisation systématique de préservatifs. " Compte tenu de la proportion importante de jeunes filles ayant déclaré une MPS non consensuelle, des recherches supplémentaires pour mieux prévenir cette forme particulière de violence sexuelle, sont urgentes. Si de nombreuses études ont été menées et publiées sur les MPS adultes, en particulier en raison de leur association avec la transmission du VIH et des maladies sexuellement transmissibles, mais peu d'attention a été donnée aux MPS chez l'adolescent.

C'est un sujet important de santé publique qui a reçu très peu d'attention jusqu'à aujourd'hui, conclut Emily Rothman. «Il est temps pour les parents, les pédiatres, les institutions et les services de santé communautaires de prendre note que la majorité de ces jeunes filles, dans cette étude, ont déclaré avoir subi des pressions, des menaces et ont été forcées à participer aux MPS au moins une fois ».

Source: Journal of Urban Health DOI: 10.1007/s11524-011-9630-1Online First™ Multi-person Sex among a Sample of Adolescent Female Urban Health Clinic Patients (Visuel © piumadaquila.com - Fotolia.com)

Lire aussi: FEMMES ET DROGUES : Sous l'influence du partenaire sexuel -

Autres actualités sur le même thème