Vous recherchez une actualité
Actualités

NEURO: La perception des sons passe par la case émotion

Actualité publiée il y a 9 années 3 jours 10 heures
Journal of Neuroscience

Pourquoi frissonnons-nous au crissement de la craie sur un tableau noir? Ces scientifiques de la Newcastle University révèlent l'interaction entre la région du cerveau qui traite les sons, le cortex auditif, et l'amygdale, la région de traitement des émotions. Cette étude, soutenue par le Welcome Trust et publiée dans l’édition Journal of Neuroscience montre que seules les caractéristiques acoustiques mais aussi nos émotions font notre réponse aux sons et apporte une meilleure compréhension des troubles à hypersensibilité auditive, comme l'hyperacousie ou encore la migraine et les acouphènes.

L'imagerie cérébrale (IRMf) montre qu'un bruit désagréable entraîne une réponse de l'amygdale qui module la réponse du cortex auditif, accroît son activité ce qui provoque notre réaction négative. «C'est comme un signal de détresse de l'amygdale vers le cortex auditif», expliquent les chercheurs qui ont observé les réponses du cerveau de 13 volontaires à une série de sons.


Les chercheurs observent que l'activité de l'amygdale et du cortex auditif varie en relation directe avec la perception de désagrément des participants. Ils montrent que l'amygdale encode à la fois les caractéristiques acoustiques du son mais aussi et sa valeur émotionnelle (ici le désagrément perçu). Bien que les caractéristiques acoustiques modulent la connectivité du cortex auditif à l'amygdale, la valeur émotionnelle module la connectivité effective de l'amygdale vers le cortex auditif. Les chercheurs suggèrent donc une interaction réciproque entre le cortex auditif et l'amygdale, la valeur émotionnelle donnée par l'amygdale influençant la représentation du son dans le cortex auditif.

L'analyse des caractéristiques acoustiques des sons montre que dans la gamme de fréquences de 2.000 à 5.000 Hz, tous les sons sont perçus comme désagréables. L'auteur principal, le Dr Kumar explique: «C'est la gamme de fréquences où nos oreilles sont les plus sensibles ».

Sur 74 sons, les sons jugés les plus désagréables sont,

1. le crissement d'un couteau sur une bouteille

2. d'une fourchette sur un verre

3. d'une craie sur un tableau noir

4. d'une règle sur une bouteille

5. des ongles sur un tableau noir

6. un cri Femme

7. une rape

8. un crissement de freins

9. un bébé qui pleure

10. une perceuse électrique

Les sons les moins désagréables

1. des applaudissements

2. les rires d'un bébé

3. le tonnerre

4. L'eau qui coule

Le professeur Tim Griffiths de l'Université de Newcastle, qui a dirigé l'étude, conclut: «Ce travail apporte un éclairage nouveau sur l'interaction entre l'amygdale et le cortex auditif ». Une meilleure compréhension de la réaction du cerveau au bruit et aux sons pourrait contribuer à mieux prendre en charge les troubles avec une tolérance sonore diminuée comme l'hyperacousie, la misophonie et l'autisme lorsqu'il y a sensibilité au bruit, ou encore des troubles comme la migraine et les acouphènes dans lesquels la perception des aspects désagréables des sons est accrue.

Source: The Journal of Neuroscience, 10 October 2012, 32(41):14184-14192; doi:10.1523/JNEUROSCI.1759-12.2012 Features versus Feelings: Dissociable Representations of the Acoustic Features and Valence of Aversive Sounds (Visuel@ © ecco - Fotolia.com)

Autres actualités sur le même thème