Vous recherchez une actualité
Actualités

NEURO: Votre cerveau voit tout ce que vous ne voyez pas!

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 2 semaines
Psychological Science

Nos cerveaux perçoivent des objets du quotidien que nous n’imaginons même pas, révèle cette étude de l’Université de l’Arizona, qui défie les concepts actuels sur le traitement cérébral de l'information visuelle. Ces nouvelles données, présentées dans la revue Psychological Science, illustre toute la capacité du cerveau à analyser des milliers d’entrées visuelles et les passer au crible pour nous offrir "le meilleur".

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Jay Sanguinetti, chercheur à Université de l'Arizona a montré « à ses » participants une série de silhouettes noires, dont certaines représentatives d'objets ou de créatures du monde réel mais dissimulées dans les espaces blancs situés sur les côtés extérieurs (Voir exemple ci-contre avec 2 silhouettes d'hippocampes à l'extérieur). Les chercheurs mesuraient les ondes cérébrales des participants par électroencéphalogramme (EEG), alors qu'ils visionnaient ces images. L'idée était de savoir si le cerveau décrypte le sens des objets qui figurent à l'extérieur de ces silhouettes même si le sujet ne les voit pas consciemment.


La signature du traitement cérébral : L'analyse des ondes cérébrales des participants indique que même si le sujet – y compris sur des images moins évidentes que celle présentée ici- ne reconnait pas consciemment les formes figurant à l'extérieur de l'image, son cerveau traite ces formes au niveau de la compréhension de leur signification. Car la signature du traitement cérébral de la signification est bien présente : Il s'agit d'pic dans les ondes cérébrales moyennes « N400 », qui indique que le cerveau a bien reconnu un objet et lui a associé une signification particulière.

Environ 400 millisecondes, soit moins d'une demi-seconde après l'affichage de l'image, ce pic apparaît sur les ondes cérébrales (Voir schéma ci-contre). Ici, la présence du pic N400 indique que les cerveaux des sujets reconnaissent la signification des formes présentées l'extérieur de la figure.

Cependant, le cerveau rejetant ces formes comme des interprétations, le sujet n'en a même pas conscience.

- Evidemment, le pic « N400 » n'apparaît pas à l'EEG quand le sujet voit de toutes nouvelles silhouettes non représentatives d'un objet du monde réel, ce qui indique que le cerveau n'associe aucune signification à l'image.

«C'est énorme», commentent les chercheurs ! qui, finalement s'interrogent. Mais pourquoi donc le cerveau décrypterait le sens d'une forme sans que son propriétaire s'en aperçoive ? Ce serait une perte de ressources. Ils suggèrent que le cerveau traite plus d'informations, pour finalement décider ce que son propriétaire doit percevoir et quelle est la meilleure interprétation. En bref, nos cerveaux auraient évolué pour passer au crible les entrées visuelles et identifier ce qui mérite une prise de conscience, dans l'intérêt de notre survie par exemple. Ainsi, dans notre vie quotidienne, nous marchons dans la rue, notre cerveau reconnaît de très nombreux objets significatifs mais finalement nous ne sommes conscients que d'une toute petite partie de ces objets.

Source: Psychological Science November 12, 2013, doi: 10.1177/0956797613502814 The Ground Side of an Object Perceived as Shapeless yet Processed for Semantics (Visuels@ Jay Sanguinetti)

Lire aussi : La MÉMOIRE visuelle, juste une question d'ondes cérébrales -

Autres actualités sur le même thème