Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Et si un peu d'embonpoint protégeait de la démence?

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 1 semaine
The Lancet Diabetes and Endocrinology

L’objectif de ces chercheurs britanniques, démêler l’association possible entre deux grands problèmes de Santé publique, la démence et l'obésité. Alors que l’obésité a déjà été documentée comme un facteur de risque accru de démence chez les personnes âgées, leurs conclusions, présentées dans le Lancet Diabetes and Endocrinology, semblent en contradiction avec les recommandations actuelles…

Plusieurs études ont pourtant documenté l'association surpoids/obésité et risque accru de démence plus tard dans la vie. Une étude du Karolinska Institute (Suède) publiée dans la revue Neurology, menée sur des jumeaux, a révélé un lien entre le poids et la démence et suggéré que comparativement aux personnes de poids normal à l'âge mûr, le risque de démence plus tard dans la vie est d'environ 91% plus élevé pour les personnes qui sont en surpoids et près de 4 fois plus élevé pour les personnes qui sont obèses. Une autre étude, publiée dans les Archives of Neurology, menée à partir des données de la Framingham Heart Study a identifié l'adiponectine, une hormone dérivée de « la graisse viscérale » comme l'un des facteurs responsables de ce risque de démence. Enfin, plus récemment, une étude de l'Inserm a mis en évidence, sur l'animal, l'influence de l'obésité sur le développement des pathologies liées à la protéine Tau comme la maladie d'Alzheimer.


Cependant, si l'on en croit ces nouvelles données issues d'une étude de cohorte portant au total sur près de 2 millions d'adultes britanniques âgés de plus de 40ans, le surpoids et même l'obésité semblent associés à un risque moindre de démence jusqu'à 20 ans plus tard, par rapport au maintien d'un poids santé. De plus, un poids insuffisant est, lui-aussi, associé à un risque plus élevé de démence. Les chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et de l'OXON, une entreprise de recherche clinique (Londres-Madrid), ont, à partir de cette grande étude de cohorte rétrospective regardé l'association entre l'indice de masse corporelle (IMC) et la démence, en prenant en compte les facteurs de confusion, tels que l'âge, le sexe, le tabagisme, la consommation d'alcool, les antécédents de crise cardiaque, d'AVC ou diabète, l'utilisation récente de statines ou de médicaments de l'HTA.

· Durant le suivi de l'étude, 45.507 cas de démence ont été diagnostiqués, soit une incidence de 2,32%.

· Comparativement à un poids de santé,

- une insuffisance pondérale est associée à un risque accru de 34 de démence (RR : 1,34),

- un surpoids à un risque réduit de 19% de démence (RR : 0,81),

- l'incidence de la démence baisse progressivement ensuite avec l'augmentation de l'IMC.

- une obésité sévère (IMC> 40 kg / m2) étant associée à un risque réduit de 33% de démence (vs un poids santé : RR 0,67).

Le résultat est surprenant et contredit le consensus actuel sur l'obésité, comme facteur de risque de certains types de démence. Cependant, il est issu ici d'un très large échantillon et d'un suivi de plus de 20 ans. Aussi, l'étude soulève plus de questions qu'elle n'en résout. Un contre-argument au strict maintien du poids sans être toutefois une raison suffisante pour négliger les risques graves pour la santé associés à l'obésité, tels que les maladies cardiaques et le diabète.

Source: The Lancet – Diabetes and Endocrinology April 9 2015 DOI: 10.1016/S2213-8587(15)00033-9

BMI and risk of dementia in two million people over two decades: a retrospective cohort study

Lire aussi: ALZHEIMER: L'obésité aggrave les démences

ALZHEIMER: L'hormone de l'obésité, l'adiponectine, double le risque chez les femmes

ALZHEIMER: Obésité à 40 ans? 4 fois plus de risque à 70 ans -

Autres actualités sur le même thème