Vous recherchez une actualité
Actualités

SOCIO: Chez les mouches aussi, l'union fait la force

Actualité publiée il y a 3 années 11 mois 4 semaines
Nature

Les mouches drosophiles aussi l’ont bien compris. Et c’est l’intérêt de cette étude de l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) qui montre même que ces insectes répondent plus efficacement au danger lorsqu’ils sont en groupe. Les conclusions, présentées dans la revue Nature décryptent également les circuits neuronaux par lesquels passent l’information, ce qui ouvre un tout nouveau champ de recherches.

Car les mouches exposées en groupe à un signal de stress adoptent ici un comportement plus intelligent que lorsqu'elles sont isolées : « Les interactions au sein du groupe augmentent leur sensibilité à l'environnement, ce qui facilite leur prise de décision», explique l'auteur principal, Pavan Ramdya.


Les chercheurs qui ont étudié les stratégies d'évitement des mouches en présence de CO2, constatent qu'une mouche isolée cherche peu à l'éviter mais, qu'en groupe, elles quittent la zone en quelques secondes. En groupe toujours, des mouches privées de leurs gènes olfactifs et donc de leur odorat, vont suivre les autres mouches du groupe et échapper rapidement au CO2.

Quel processus pour former ce comportement de groupe ? C'est le résultat d'un contact de mouche à mouche, par petit attouchement de patte décrit ici comme un véritable code de communication puisqu'il donne également la direction à suivre. L'impulsion donnée dans une direction précise est contagieuse jusqu'à informer l'ensemble du groupe. Des neurones sensoriels spécifiques, sensibles à la déformation mécanique et situés tout au bout du membre, permettent de détecter le signal.

Quelles implications ? Peu pour l'Homme, en effet, même si les chercheurs le suggèrent. L'identification de ces voies sensorielles qui régissent une réaction collective chez la mouche pourra plutôt permettre de mieux comprendre les dynamiques d'autres groupes d'animaux.

Source: Nature 24 December 2014 doi:10.1038/nature14024 Mechanosensory interactions drive collective behaviour in Drosophila

Autres actualités sur le même thème

Pages