Vous recherchez une actualité
Actualités

ACUPUNCTURE: Tout à y gagner, en cas de symptômes inexpliqués

Actualité publiée il y a 9 années 7 mois 2 semaines
British Journal of General Practice

Les symptômes médicalement inexpliqués sont difficiles à vivre pour le patient et son médecin. C’est un cas fréquent puisqu’un patient sur cinq présente des symptômes qui restent inexpliqués par la médecine conventionnelle. C’est aussi un cas coûteux, puisque traiter symptomes inexpliqués représente en moyenne une dépense de santé double. Cette étude britannique publiée dans l’édition du 29 mai du British Journal of General Practice (la revue du Royal College of General Practitioners) démontre que, dans le cas de symptomes inexpliqués par la médecine conventionnelle, l’acupuncture peut avoir tout son rôle à jouer.

Des études menées par le National Health service britannique sur la gestion du traitement d'un patient présentant des symptômes médicalement inexpliqués ont montré que le coût de la prise en charge peut être deux fois celui du traitement d'un patient avec diagnostic. C'est pourquoi, cet essai randomisé, mené par des chercheurs de l'Institut des services de recherche en santé, de la Peninsula Medical School et de Université d'Exeter a souhaité mesurer le bénéfice de l'ajout, en complément d'un traitement “classique”, de l'acupuncture traditionnelle, à travers la pratique de 80 médecins généralistes londoniens.


L'étude révèle un bénéfice important et durable pour les patients suggérant que l'acupuncture pourrait être combinée, pour les patients atteints de symptômes médicalement inexpliqués, aux thérapies préconisées habituellement par les praticiens. L'échantillon de patients était composé de 80 adultes, dont 80% de femmes âgées en moyenne de 50 ans, d'origines ethniques variées et qui avaient consulté leur généraliste au moins 8 fois dans l'année écoulée. Près de 60% des troubles musculo-squelettiques duraient depuis un an. Les patients ont été répartis en groupe “acupuncture” (jusqu'à 12 séances sur 26 semaines) et groupe témoin. A 26 semaines, les patients ont répondu à un questionnaire de santé.

leur redonnaient confiance en soi et leur permettaient de s'approprier les conseils de l'acupuncteur sur l'alimentation, l'exercice, la relaxation et les activités sociales.

Le Dr. Charlotte Paterson, auteur principal de l'étude, commente: "Notre recherche indique que l'ajout de jusqu'à 12 séances d'acupuncture apporte un bien-être au patient, durable pendant un an (…) Une telle intervention ne peut que conduire à des économies de dépenses de santé, mais surtout à l'amélioraton de la qualité de vie des patients pour lesquels la médecine traditionnelle ne parvient pas à traiter tous les symptômes."