Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER: Les protéines Tau se regroupent aussi pour être plus toxiques

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 2 semaines
Faseb Journal

La recherche avance à grands pas sur la maladie d’Alzheimer. Cette nouvelle étude de l’Université du Texas montre à nouveau le rôle central de la protéine tau dans le développement de la maladie d’Alzheimer : La protéine à l’origine à l’unité, va s’assembler par 2,3 ou 4 protéines sous forme d’«oligomères», extrêmement toxiques. Cette recherche, publiée au 3 février dans le Faseb Journal, explique comment Tau augmente sa toxicité,

alors qu'une étude de la Columbia University, publiée la veille dans PLoS ONE vient de montrer comment Tau favorise la propagation de la maladie d'une région à l'autre du cerveau, « en sautant » d'un neurone à l'autre.


Les chercheurs ont tenté, une nouvelle fois, de démêler le rôle et de comprendre la toxicité de la protéine tau, dont le changement de comportement est considéré comme un signe distinctif du développement de la maladie d'Alzheimer.

Dans un cerveau sain, tau est présente par unités individuelles, essentielles à la santé des neurones. Dans les neurones de la maladie d'Alzheimer, les protéines tau anormales s'agrègent en enchevêtrements fibreux. Ces enchevêtrements sont également une caractéristique de la maladie, mais leur rôle précis dans le développement de l'Alzheimer a longtemps été sujet à discussion entre scientifiques.

Au départ du processus, les protéines tau s'assemblent pour former des oligomères toxiques : Ces chercheurs de l'Université du Texas Medical Branch montrent que la protéine tau au départ présente par unités va s'assembler en oligomères avant d'intervenir dans les enchevêtrements fibreux. Ces structures plus petites seraient beaucoup plus toxiques que les enchevêtrements et toxiques en temps réel, précisent les chercheurs.

En développant un anticorps (T22) conçu avec un seul lien au bloc de protéines tau, l'équipe a pu étudier le comportement de l'oligomère dans les tissus du cerveau humain. Avant le développement de cet anticorps, l'étude de ce groupe oligomère n'était pas possible. Les chercheurs constatent que certains des cerveaux atteints présentent des niveaux 4 fois plus élevés d'oligomères tau que les cerveaux témoins sains.

Les chercheurs soulignent l'impact scientifique de ce résultat qui ouvre la possibilité d'une nouvelle cible, ces structures oligomères de tau.

Sources: University of Texas Medical Branch at Galveston “Untangling the mysteries of Alzheimer's” et FASEB Journal via Eurekalert (AAAS) Untangling the mysteries of Alzheimer's

Voir aussi PLoS ONE doi:10.1371/journal.pone.0031302 “Trans-synaptic Spread of Tau Pathology in vivo."

Lire aussi : ALZHEIMER: Et si Tau se déplaçait de neurone en neurone à travers les synapses -

Accéder aux dernières actualités sur la Maladie d'Alzheimer

Accéder au Dossier sur la Maladie d'Alzheimer, pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème

Pages