Vous recherchez une actualité
Actualités

ATHÉROSCLÉROSE: Du froid, de la graisse et c'est le risque de décès cardiaque

Actualité publiée il y a 6 années 1 mois 3 semaines
Cell Metabolism

Le froid est l’ennemi du muscle cardiaque. Cette étude présentée dans la revue Cell Metabolism apporte une explication possible: l'augmentation de la mortalité serait liée à un développement accéléré de la plaque d'athérome dans les vaisseaux sanguins causé par l'activation de la graisse brune par le froid.

L'incidence des décès cardiaques est plus élevée, avec le froid, durant les mois d'hiver. On a fait l'hypothèse que cela pourrait être le résultat d'une baisse générale de l'activité physique, d'une aggravation de pathologies cardiovasculaires pré-existantes, d'une efficacité diminuée des mécanismes de défense mais le mécanisme sous-jacent reste peu clair. Ces chercheurs de l'Institut Karolinska, de Linköping (Suède) et de 3 universités chinoises mettent en lumière un nouveau mécanisme par lequel le froid augmente le risque d'athérosclérose.


Les chercheurs ont mené leur étude sur un modèle de souris génétiquement modifiée ayant une propension à l'athérosclérose. Les souris, comme les humains, ont à la fois de la graisse blanche et brune, la graisse blanche étant le résultat des calories excédentaires, le tissu adipeux brun, pouvant transformer les graisses en énergie. Ce processus de génération est activé par le froid et est même considéré comme bénéfique pour la santé car il va réduire la quantité de graisse dans le corps. Normalement, l'activation par le froid de la graisse brune aurait dû rendre les souris plus minces et en meilleure santé. Mais les chercheurs constatent, qu'exposées au froid, les souris accumulent plus de graisse dans les vaisseaux sanguins.

L'exposition au froid accélère la formation de plaques d'athérome, ici chez la souris, et peut entraîner l'infarctus et l'hémorragie cérébrale. L'exposition au froid rend également la plaque d'athérosclérose moins stable, elle se rompt, la graisse stockée s'infiltre dans le sang, entraînant le blocage de vaisseaux dans le cœur et le cerveau.

Le même mécanisme doit encore être vérifié chez l'Homme, mais ces données confirment la légitimité de recommander aux patients atteints de maladie cardiovasculaire d'éviter de s'exposer au froid. Ensuite, il existe des médicaments qui bloquent l'activation du tissu adipeux brun. Alors que la transformation de la graisse blanche en graisse brune est l'un des principaux axes de recherche pour favoriser la perte de poids et lutter contre l'obésité, ces conclusions incitent à la prudence lorsque les patients sont à risque cardiovasculaire.

Autres actualités sur le même thème