Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER: 4 grandes conclusions thérapeutiques pour les cancers du sein, de la prostate et colorectal

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 2 semaines
ASCO

Différents essais de phase III marquent ce Congrès 2014 de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) au point de confirmer l'efficacité de certaines grandes options thérapeutiques, déjà fréquemment mises en œuvre et d'établir de nouvelles normes de soins. 4 de ces études, soutenues par les NIH et présentées en session plénière font ainsi référence, en raison de leur très larges implications cliniques.

Car ces études portent déjà sur les 3 premiers cancers en terme d'incidence, les cancers du sein de la prostate et colorectal. Ensuite, elles révèlent "les bonnes" options pour optimiser les thérapies habituelles, chimiothérapie, traitements hormonaux, et traitements personnalisés et tranchent aussi la question, en particulier pour le cancer colorectal avancé. « Grâce ces études », explique le Dr Clifford A. Hudis, président de l'ASCO, « les patients vivront mieux et plus longtemps ».


Cancer du sein hormonosensible: Cette étude montre que l'inhibiteur de l'aromatase (exémestane) plus suppression ovarienne réduit de 28 % le risque de tout type de cancer invasif, et réduit de 34 % le risque de récidive de cancer invasif du sein, vs tamoxifène plus suppression ovarienne. 5 ans après le début de l'étude, 92,8 % des femmes traitées par exémestane plus suppression ovarienne ne présentent pas de récidive de cancer du sein (vs 88,8 % par tamoxifène plus suppression ovarienne).

Alors que durant des années, le tamoxifène a été le traitement hormonal standard pour la prévention des récidives de cancer du sein chez les jeunes femmes hormono-dépendantes, ces résultats confirment la supériorité de l'alternative avec l'exémestane.

Cancer de la prostate hormono-sensible : L'adjonction du docétaxel au traitement hormonal initial améliore considérablement la survie chez les hommes atteints de métastases du cancer de la prostate hormono-sensible. Des données qui suggèrent l'inclusion du docétaxel en traitement de première ligne pour les hommes ayant une maladie avancée qui sont en assez bonne santé pour la chimiothérapie, en particulier avec un cancer diffus. L'ajout du docétaxel permet, dans cette étude, d'allonger de 17 mois la survie médiane et de retarder la progression de la maladie. Ainsi, le délai médian jusqu'à progression clinique est de 19,8 mois dans le groupe traitement hormonal seul vs 32,7 mois dans le groupe « plus docétaxel.

Cancer colorectal métastatique : Bevacizumab plus chimiothérapie et cetuximab plus chimiothérapie offrent des avantages de survie similaires pour les patients atteints de cancer colorectal métastatique, avec une survie médiane de 29 mois pour chaque option. Les conclusions suggèrent également 2 chimiothérapies possibles en combinaison avec l'un des deux médicaments.

Cancer du sein HER2-positif : Cette large étude de phase III suggère que, post-chirurgie, un traitement par combinaison de deux médicaments ciblés HER2 (trastuzumab et lapatinib) n'est pas plus efficace que le traitement standard par trastuzumab seul pour les femmes atteintes d'un cancer du sein HER2-positif. Les chercheurs ne constatent aucune différence statistiquement significative entre les groupes de traitement dans la survie sans maladie à 4 ans, (qui atteint entre 86 et 88%).

Bref, des résultats majeurs qui peuvent rassurer et orienter les médecins et les patients qui hésitent sur le choix du traitement.

Autres actualités sur le même thème

Pages