Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER: Les fréquences électromagnétiques pour soigner?

Actualité publiée il y a 7 années 9 mois 2 semaines
British Journal of Cancer

Une nouvelle voie thérapeutique ou rien qu’un danger ? Cette nouvelle étude, menée à l’Université d’Alabama relance le débat sur l’intérêt de pouvoir utiliser les fréquences électromagnétiques pour traiter les cancers. Ces résultats, publiés dans le British Journal of Cancer, font l’objet d’un éditorial, publié dans l’édition du 17 janvier de la même revue qui remet en perspectives cette nouvelle étude dans le contexte de l'histoire de la recherche sur les effets biologiques et les dangers… des champs électromagnétiques.

L'étude menée par des chercheurs de l'Université of Alabama (Birmingham-USA), du Swiss Federal Institute of Technology (Zurich), de l'Université de São Paulo remet « au goût du jour » les fréquences électromagnétiques pour diagnostiquer et pour stabiliser les tumeurs cancéreuses. Cette étude vient compléter 2 études précédentes allant dans le même sens de 2009 et 2011 (2-3).


Les chercheurs rappellent les applications déjà reconnues des fréquences électromagnétiques, dans la réduction des fractures de certains os, la réduction de la douleur ou la cicatrisation des plaies après une intervention chirurgicale. Les 2 études précédentes montrent respectivement comment des fréquences spécifiques peuvent être utilisées pour diagnostiquer les tumeurs (2) et comment l'utilisation clinique de fréquences spécifiques parvient à traiter un carcinome hépatocellulaire avancé et à stabiliser la maladie pendant près de 5 ans.

Quand certaines fréquences induisent la diminution de la progression des tumeurs : Ici les chercheurs ont examiné le taux de croissance de lignées cellulaires tumorales humaines de cancers du foie et du sein vs des cellules normales de ces tissus exposées à des fréquences électromagnétiques d'amplitudes spécifiques (AM-EMF : amplitude-modulated electromagnetic fields). Les chercheurs constatent un taux de croissance réduit des cellules tumorales exposées à AM-EMF, mais aucun changement dans le taux de croissance des cellules normales provenant du même type de tissus. L'effet inhibiteur du taux de croissance est « dose-dépendant » de l'intensité du champ magnétique et de la durée d'exposition.

Les champs électromagnétiques, une grande préoccupation en Santé publique : Ces nouveaux résultats sur les effets biologiques induits par les AM-EMF, par ailleurs grande cause de préoccupation en santé publique, relance le débat sur les effets bénéfiques de ce type de thérapie. Selon les auteurs, l'ensemble de ces données devrait pouvoir rouvrir une évaluation de ce type de traitement potentiellement efficace pour le cancer mais aussi d'autres maladies. Car cette étude démontre qu'en fonction de l'amplitude on peut cibler les cellules tumorales en épargnant les cellules normales.

L'éditorial soulève quelques questions liées à cette étude : Quelle explication aux changements génomiques induits par les fréquences électromagnétiques ? De quelle nature est l'inhibition de la croissance des cellules tumorales, quelle est la persistance des effets ? Est-ce que les cellules au fil du traitement réduisent ou augmentent leur sensibilité aux champs électromagnétiques? Les cellules humaines réagissent-elles comme les cellules animales-ce qui permettrait de tester les traitements sur des cellules animales- ?

De nombreuses inconnues subsistent donc encore dont la définition précise de la fréquence du signal en fonction des différents cancers et types de croissance physiologiques. Cette nouvelle étude et son commentaire restent néanmoins un appel au financement de recherches futures, dans un contexte de méfiance documenté de danger sanitaire des champs électromagnétiques.

Autres actualités sur le même thème